Scuf
Rugby

N° 356

|

07 juin 2023

L'édito du président

Julien
Schwartz

Ce numĂ©ro du SCUF MAG que vous allez dĂ©couvrir est le bouquet final d’une des plus belles saisons sportives que le SCUF RUGBY ait connu depuis des annĂ©es.

Des phases finales en SĂ©niors en premiĂšre et rĂ©serve, des tournois de fin d’annĂ©e à  Gogo pour l’Ă©cole de Rugby, des podiums de championnat de France scolaire et un maintien en fĂ©minine sĂ©nior, des vieux cochons en Belgique et pour cĂ©lĂ©brer l’arrivĂ©e de Charles III sur le trĂŽne une double victoire historique Ă  Stratford pour la Rose Cup avec en amuse bouche l’Ă©popĂ©e de nos cyclistes et le match de golf du vendredi.
 
Ce trophĂ©e riche d’histoire (118 ans) dont on dit que le Scufiste qui la gagne lĂ  bas fait partie du club tout aussi fermĂ© que ceux du XV de France qui ont gagnĂ© Ă  l’Eden Park d’Auckland…Mais oui….
 
Bien sûr cette saison ne fut pas de tout repos avec ses misÚres , ses contraintes, ses conflits parfois violents et ses réunions pour les résoudre.
Mais l’abnĂ©gation, l’esprit de sacrifice, la raison au service d’un seul et mĂȘme objectif l’a emportĂ©.
 
Un grand bravo et un énorme merci à tous les joueurs des M8 au Vieux cochons en passant par nos minimettes et séniores féminines, mais aussi à nos éducateurs et nos bénévoles sans qui nous ne serions rien qui ont rendu cela possible.
 
Rendez-vous samedi pour la fĂȘte du club Ă  Max RousiĂ© pour  communier une derniĂšre fois ensemble aprĂšs cette saison magnifique.
 
Bonne lecture !
 

SENIORS 1 - une solide fin de saison

61Ăšme Rose Cup : Stratford upon Avon 32-36 S.C.U.F

đŸŽó §ó ąó „ó źó §ó ż Stratford R. F. C 32 – 36 S.C.U.F đŸ‡šđŸ‡”
🏉 _ 118eme annĂ©e _ 13 mai 2023

La Rose Cup rĂ©compense le vainqueur de la premiĂšre rencontre internationale amateur, depuis 1905. Le S.C.U.F., fondĂ© en 1895, dĂ©sire fĂȘter son dixiĂšme anniversaire avec un certain Ă©clat, invite un club du Warwickshire : Stratford Upon Avon Rugby Football Club

AprÚs deux années sans confrontation dû au Covid19 en 2020 et 2021, en 2022 les joueurs du SCUF remporte la Rose Cup à Paris.

Le 13 mai 2023, conduits par leur capitaine Arthur Calvet, les scufistes se deplacaient pour conserver la Coupe. Mission accomplie grùce aux avants parisiens qui ont contenu leurs homologues tandis que la ligne des trois quarts a électrisé le stade de Pearcecroft

Les Anglais mettent immĂ©diatement la pression dans le jeu, mais ce sont eux qui se mettent les premiers Ă  la faute (3Ăšme). Pierre BM Passe la pĂ©nalitĂ© (00-03). Les locaux garde le cap et joue une pĂ©naltouche. Le maul anglais va Ă  l’essai  (9eme  05-03). AprĂšs avoir lourdement subit les trois premiĂšres mĂȘlĂ©es, les avants scufistes trouvent leurs marques pour ne plus reculer. A la 19eme, Gaetan BdBrive perce au centre, et obtient une pĂ©nalitĂ© Ă  5m de la ligne adverse. JouĂ©e vite, JC Diaz et Ă  la rĂ©ception et marque, transformation de Pierre BM
(05-10)

27eme : la mĂȘlĂ©e scufiste surprend son monde en enfonçant les locaux. Pierre BM passe la pĂ©nalitĂ© (05-13). Le SCUF contrĂŽle, mais Ă  la 35eme on assiste Ă  une relance des 22 scufistes, le ballon est vendangĂ©. Stratford rĂ©cupĂšre et marque. Le botteur anglais est Ă  nouveau Ă  l’Ă©chec (10-13) Mais la fin de match est Ă  l’avantage de Stratford. Juste avant la pause, les joueurs du Warwickshire  jouent rapidement au niveau des 22 en face des poteaux. Le ballon circule jusqu’Ă  l’aile et franchit l’en but scufiste
A la Mi temps Stratford mĂšne 15-13

Les Anglais reprennent le m^me rythme qu’en debut de 1Ăšre mi-temps. A la 52eme, ils jouent Ă  nouveau une pĂ©naltouche qui aboutit Ă  un essai (20-13). Sur le coup de renvoi, Marc Alvarez sanctionne une faute des locaux et ramĂšne le score Ă  20-16

Les scufistes sont joueurs, mais Ă  la 54eme, l’ouvreur scufiste tente l’interception sur une attaque de Stratford. Le contre Ă©choue de peu, mais le dĂ©calage est fait et les Britishs filent Ă  l’essai… La transformation est Ă  nouveau rĂątĂ©e (25-16)

56eme le SCUF fait circuler la balle de gauche Ă  droite sur la ligne des 22 adverses, Bignier obtient le ballon, drible 3 anglais dans 1m carrĂ© et marque. Le coach Arnaud Seux l’a fait monter en pression sur le banc des remplaçants, l’ailier scufiste va Ă©clairer cette fin de partie (25-21). Quelques minutes plus tard, le SCUF bĂ©nĂ©ficie d’une mĂȘlĂ©e sur la ligne des 50. Beaud dB perce jusqu’au 5m adverse. Alvarez est au soutien, marque et transforme (25-28). Les joueurs de Stratford sont dans le dur, et les trois quarts scufistes vont se rappeler Ă  eux. A la 62eme le ballon circule dans nos 40. La balle file Ă  l’aile sur Bignier qui accĂ©lĂšre, crochĂšte deux joueurs et file marquer en coin (25-33). Mais un Anglais ne lĂąche jamais un match et le Centre de Stratford va le rappeler aux petits Frenchy. Il relance de ses 22m et passe toute la dĂ©fense en revue. Il remonte  tout le terrain et aplati entre les perches du SCUF. Le match est relancĂ© (32-33). Il n’y a pas lieu de tergiverser, pour l’emporter les deux Ă©quipes doivent se livrer dans les quelques minutes restantes. Les scufistes parviennnent Ă  rĂ©cupĂ©rer et remettent la pression dans le camp adverse. L’arbitre donne un avantage aux Parisiens et le capitaine Calvet le devance en rĂ©ussissant un drop (32-36). Lors des derniĂšres minutes, les Anglais monopolisent le ballon et se retrouvent Ă  harceler la dĂ©fense scufiste qui rĂ©siste. Stratford se voit accorder une derniĂšre mĂȘlĂ©e sous les poteaux du SCUF. Baptiste Lyon, diminuĂ©, cĂšde sa place Ă  l’entraĂźneur Arnaud Seux qui transmet son Ă©nergie aux 8 de devant. La sortie de mĂȘlĂ©e des Anglais est balbutiĂ©e. Au sol, le ballon est rĂ©cupĂ©rĂ© par le SCUF qui dĂ©gage et s’offre une victoire Ă  l’extĂ©rieur 19ans aprĂšs le dernier succĂšs Ă  Pearcecroft

Compo SCUF : 1 Vendrell (JC Diaz 70′) 2 ChabĂ© (Singh 25′) 3 JC Diaz (HuĂ© 25′) 4 Mathieu 5 Lyon (Seux 79′)  6 Louge 7 Revert 8 Rumin 9 VerdiĂ© (David 30′) 10 Calvet (c) 11 M. Ruiz 12 T. Beaud de Brive 13 G. Beaud de Brive (Saddier 70′) 14 Saddier (Bignier 30′) 15 Beyne Markarian

Compo Stratford Upon Avon : 1 Geoff Dyson 2 Ben Cole 3 Tom Stanley (c) 4 Zak Amond 5 Sam James 6 Toby Tuszynski 7 Dan Earp 8 Jack Young 9 Max Haines 10 Gwill Davis 11 George Fox-Rowe 12 Dan Whitby 13 Chris Bolton 14 Charlie Powell 15 Tom Howard 16 Jim Armitage 17 John Bruns 18 Michael Dawes 19 Alex Evans 20 Chris Calthorpe 21 Si Greenwood 22 Calum Metcalf 23 Josh Bloomfield 24 Jago Vialan 25 Dom Uliana 26 Sam Drew 27 Ianto Davis 28 Chay Pusey 29 Jacob Kinnaird 30 Thomas Phillips

A l’occasion de cette rencontre, outre l’Ă©quipe des Vieux Cochons (voir plus bas) et des Golfeurs, certains anciens scufistes avaient fait le dĂ©placement. En premier plan, on notera la prĂ©sence de Julien Schwartz (PrĂ©sident du SCUF Rugby), Lionel Busson (PrĂ©sident du SCUF Omnisport), Laurent Laguerre (SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral du rugby), Jean Hospital (Scufiste devant l’Ă©ternel et Life Member de Stratford depuis les annĂ©es 70′) et son fils Julien. Christian Pouliquen (Capitaine victorieux en 1977) Ă©tait Ă©galement du voyage avec son compatriote Wladimir Hagondokoff et leurs Ă©pouses. Mme Planchon (Ă©pouse d’Yvan Planchon, PrĂ©sident du SCUF rugby de 1971 Ă  1974) Ă©tait prĂ©sente et a remis la Rose Cup. Le guerrier Jeff Richard, joueur des annĂ©es 80′ et entraĂźneur par la suite Ă©tait prĂ©sent avec son Ă©pouse Laurence. Florent Lazzerini, qui avait fait office de voiture balaie pour les 3 scufistes venus en vĂ©lo, avait Ă©galement eu la charge de transporter le TrophĂ©e GH Rose Memorial Cup. Enfin, Bruno Nabet avait fait le dĂ©placement avec une partie des golfeurs

 

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-

La parole du Capitaine victorieux de la 61Ăšme Rose Cup : Arthur CALVET

ArrivĂ© en dĂ©but de saison au S.C.U.F, un club que je connaissais seulement de nom, j’ai pu dĂ©couvrir son histoire petit Ă  petit, mais cette Rose Cup restait trĂšs floue. Mes coĂ©quipiers me demandaient si je venais, et j’imaginais cela comme un simple match amical, sans enjeu, contre un club anglais ami, qui s’apparente Ă  un voyage de fin d’annĂ©e.

Le mois de mai arrive aprĂšs une belle saison en FĂ©dĂ©rale 3 et une Ă©limination en 32Ăšme, notre dernier match sera la Rose Cup. Notre capitaine Antoine Simon, dit Mowgli, absent, je prends son relai pour ce match chez les Anglais. Nous embarquons le vendredi soir pour Stratford-Upon-Avon, l’occasion de rencontrer les “Vieux Cochons” et les dirigeants et bĂ©nĂ©voles du club, que je ne connaissais pas et qui nous partagent leurs souvenirs : victoires, lourdes dĂ©faites, anecdotes de soirĂ©e, traditions


AprĂšs un buffet et une soirĂ©e (sans folie, veille de match oblige) dans le club house mythique de ce petit stade plus que centenaire, nous dĂ©couvrons tout un mur Ă  l’effigie de la Rose Cup et du SCUF. Les photos du premier match en 1905, des blasons, des maillots
 Seulement trois joueurs Ă©taient dĂ©jĂ  venus en Angleterre pour jouer ce match, mais nous prenons tous conscience du poids de l’histoire autour de ce match.

Le lendemain, jour de match, aprĂšs un english breakfeast et un cafĂ© devant la maison de Shakespeare, nous nous rendons au stade pour encourager les Vieux Cochons et retrouver les joueurs qui dormaient chez nos hĂŽtes du weekend. J’ai demandĂ© aux plus anciens de nous remettre les maillots, notamment Wlad et Jean, qui ont jouĂ© leurs premiĂšres Rose Cup dans les annĂ©es 1960. La motivation Ă©tait toute trouvĂ©e pour l’équipe premiĂšre, et l’envie d’imiter les vieux cochons pour un premier doublĂ© historique en terre anglaise.

Le match est trĂšs disputĂ©, nous envoyons beaucoup de jeu et prenons des essais casquettes, fidĂšle Ă  notre saison. Nous prenons l’avantage en fin de match, 36-32, et une derniĂšre action pour les locaux et leur ami l’arbitre met Ă  l’épreuve notre solidaritĂ© sur notre ligne d’en-but pour ne pas lĂącher cette Rose Cup. Une derniĂšre mĂȘlĂ©e hĂ©roĂŻque de nos avants, nous offre la victoire. Nous soulevons donc cette magnifique Rose Cup pour la 5Ăšme ou 6Ăšme fois de l’histoire en Angleterre, et la joie dans le regard, parfois un peu humide, des plus anciens nous a tous rendu trĂšs fiers.

Place aux traditions, et une 3Ăšme mi-temps dĂ©guisĂ©e sur le thĂšme de l’Eurovision, avec nos adversaires du jour, mĂ©morable. Le lendemain, et quelques regards fatiguĂ©s mais bien habillĂ©s, nous nous retrouvons tous ensemble pour un repas, la remise des coupes et de quelques cadeaux, l’élection de l’homme du match et un dernier moment de partage avant un retour en France, la saison officiellement terminĂ©e.

La Rose Cup est bien plus qu’un simple match amical ou un voyage de fin d’annĂ©e contre un club anglais. C’est une occasion de nous plonger dans l’histoire du SCUF, et de rĂ©unir les diffĂ©rentes gĂ©nĂ©rations qui se croisent peu souvent.La victoire lors de cette Ă©dition de la Rose Cup conclut une belle saison 2022/2023, et nous servira pour la saison prochaine. Allez le SCUF !

Arthur Calvet (Rose Cup) et Jeff Foucard (Bouclier)

La parole du Capitaine victorieux du 8Ăšme Match des Anciens : Jeff Foucard

Difficile de dire quand ce dĂ©placement Ă  Stratford a vraiment commencĂ© : il y a un an, aprĂšs la dĂ©faite Ă  domicile ? en dĂ©but de saison, quand j’ai compris que je serais probablement capitaine des Vieux Cochons pour ce lever de rideau de la Rose Cup ? mercredi, lorsque Lazz commençait Ă  nous partager les photos du pĂ©riple des trois courageux joueurs qui avaient dĂ©cidĂ© de rejoindre l’Angleterre Ă  VĂ©lo ? ou peut-ĂȘtre jeudi, lorsque Clg dĂ©cide Ă  3h du mat’ de m’envoyer un texto pour savoir si je connaissais un mĂ©decin capable de faire un certificat mĂ©dical Ă  Thibaut pour qu’il puisse revĂȘtir la tunique rose. Le temps que je le lise, sa licence Ă©tait dĂ©jĂ  prĂȘte


Bref, c’est un peu la boule au ventre en rejoignant les autres Scufistes Ă  l’aĂ©roport vendredi. Et quand bien mĂȘme c’est un peu moins l’inconnu que lorsque j’ai fait le voyage la premiĂšre fois 15 ans plus tĂŽt. Je sais par exemple, privilĂšge des Vieux Cochons, que je n’aurais pas Ă  dĂ©jouer les stratĂ©gies de mon hĂŽte pour me faire boire les verres de trop le vendredi, qui m’assurerait qu’il serait bien sur le terrain le vendredi. Mais bon, difficile de rĂ©sister Ă  l’appel de ce club-house si particulier, et Ă  celui d’une biĂšre partagĂ©e avec les copains qu’on n’a pas vu revu depuis quelques temps.

Le samedi aussi on sait Ă  quoi s’attendre : des vestiaires qui puent le rugby. Un groupe particuliĂšrement concernĂ© dĂšs l’échauffement et plus concentrĂ© que jamais. Peu importe les derniers ajustements de composition, on a une Ă©quipe pour gagner ! Les blessures s’enchaĂźnent en premiĂšre mi-temps. Et mĂȘme si on est portĂ©s par un pack monstrueux, par un Roch en mission, un Clg de gala et par la vision du jeu de Kevin en deuxiĂšme 10 Ă  l’anglaise, mĂȘme si on prend les points au pied contrairement Ă  nos adversaires, on souffre jusqu’au bout. L’arbitre nous dĂ©livre enfin pour un point d’avance !

On peut enfin profiter des biĂšres locales devant la Rose Cup. Voir l’équipe une chanter la marseillaise, souffrir en dĂ©but de match, puis retourner complĂštement la situation pour s’imposer largement tout en Ă©changeant avec nos adversaires du jour ; retrouver nos hĂŽtes des annĂ©es prĂ©cĂ©dentes, ou ceux qu’on a hĂ©bergĂ©s (Peps, Jay, Gareth de mon cĂŽtĂ©).

Comme d’hab, on taira la 3Ăšme mi-temps, les jeux Ă  boire, les chansons (de l’Eurovision ou pas forcĂ©ment), la fin de soirĂ©e au Cazbar.

Un dernier rendez-vous au Club-House pour le dĂ©jeuner du dimanche midi, des discours qui permettent de replacer le contexte historique de cet Ă©vĂ©nement de 118 ans. Quelques « no-shirt, tie on » pour finir des biĂšres et c’est dĂ©jĂ  l’heure de repartir, non sans avoir une nouvelle fois remerciĂ© les hĂŽtes du week-end et s’ĂȘtre donnĂ© rendez-vous dans un an. Nul doute que les anglais sauront venir en nombre pour tenter de rapporter les trophĂ©es chez eux. DĂ©jĂ  hĂąte d’y ĂȘtre pour ma part !

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-

La parole de Lionel Busson, vainqueur en 2002 (cap.) et 2004 Ă  Stratford :

Cette cuvĂ©e 2023 figurera parmi les plus belles Ă©ditions auxquelles il m’a Ă©tĂ© donnĂ© d’assister, depuis que j’y participe depuis 1996, sur et hors le terrain. On croit tout connaĂźtre de cet Ă©vĂšnement exceptionnel de la vie du Club. On le redĂ©couvre Ă  chaque fois. On se surprend Ă  ĂȘtre toujours pris par l’émotion lorsque l’on dĂ©couvre cette vieille tribune, les joueurs se resserrent dans ces vestiaires si particuliers. La magie est toujours prĂ©sente au moment du banquet officiel, le dimanche midi. Retrouver nos amis Anglais aprĂšs avoir tant de fois luttĂ© contre eux nous renvoie Ă  nos 20 ans et agit comme un bain de jouvence. Tout Ă©tait rĂ©uni, cette annĂ©e. La virĂ©e cycliste de trois Vieux cochons, Romain, Hugo et Nicolas, partis mardi rejoindre le Warwickshire, donna le ton. Deux Ă©quipes complĂštes et complices rejoignirent les rives de l’Avon par la suite. Des Anciens se mobilisĂšrent Ă©galement, des deux cĂŽtĂ©s de la Manche. Le TrophĂ©e a Ă©tĂ© respectĂ©. Le succĂšs d’une Rose Cup repose en effet d’abord sur un vrai match de rugby, peu important le vainqueur, finalement. Cette annĂ©e, il y eut deux belles rencontres, dignes du TrophĂ©e. Celle des Vieux Cochons, merveilleuse Ă©quipe composĂ©e de joueurs, fidĂšles parmi les fidĂšles, qui refusent de vieillir, donna le ton, cornaquĂ©e par ce Corse que je chĂ©ris, mais dont il faut s’éloigner Ă  l’heure du lama. Le discours du capitaine Jef Foucard dans les vestiaires fut poignant et la joie des joueurs Ă  la fin de la rencontre tĂ©moigne de l’importance que revĂȘt ce weekend pour cette gĂ©nĂ©ration. Je retiendrai Ă©galement la prise de parole d’Arnaud Seux dans les vestiaires qui assura sa conversion dĂ©finitive au scufisme et les mots d’Arthur Calvet, le capitaine de la First team, dont les hommes firent ce qu’ils s’étaient promis de faire. Le match rendit hommage Ă  la Rose Cup et je me souviendrai longtemps de deux mĂȘlĂ©es, celle de la fin de la premiĂšre mi-temps, oĂč le pack noir et blanc, chahutĂ© en dĂ©but de rencontre, emporta tout sur son passage, et la derniĂšre, aprĂšs la rentrĂ©e de l’entraĂźneur. La communion gĂ©nĂ©rationnelle sur le terrain aprĂšs les matchs, fut touchante, Ă  la mesure de l’évĂšnement. Un autre temps fort du weekend fut celui du dĂźner officiel. J’en parle, car c’est Ă©mouvant (je suis beaucoup dans l’émotion) de voir ces personnes d’un Ăąge respectable, rĂ©pondre encore et toujours prĂ©sent pour tĂ©moigner l’importance qu’elles attachent Ă  cette tradition et Ă  cet esprit. De vieux combattants heureux de voir que cela perdure. CĂŽtoyer des types qui ont jouĂ© cette Coupe dans les annĂ©es 1960, 1970 ou 1980 est un privilĂšge que je vous fais partager. La soirĂ©e, ça ne s’écrit pas, ça se vit. Un regret ? Le fait que Stratford n’ait que le Kasbar Ă  proposer aux noctambules. On ressentit enfin le profond respect entre les deux Clubs, gardiens d’un Ă©tat d’esprit Ă  prĂ©server Ă  tout prix, lors du banquet. La tenue correcte exigĂ©e, les discours, et la remise des cadeaux, autant de moments forts que mĂȘme le vin anglais ne gĂącha pas. Vivement l’annĂ©e prochaine ! La Rose Cup est Ă©ternelle.

FED.3 : ROUBAIX 39-26 S.C.U.F - 32eme Retour chpt france

La saison de l’Ă©quipe 1 s’est terminĂ©e le 30 avril 2023 Ă  Roubaix. Pour parvenir Ă  accrocher un savoureux parcours en Championnat de France, on se rappelle que nos scufistes sont allĂ©s arracher une victoire Ă  Epernay 24-15 lors de la derniĂšre journĂ©e. Ce succĂšs, ajoutĂ© aux rĂ©sultats favorables sur les autres matchs de la poule, a permit au S.C.U.F d’occuper la 3Ăšme place au classement de la poule 2 Federale 3
Pour accĂ©der au championnat de France, les scufistes ont dĂ» franchir l’Ă©tape d’un match Barrage contre Bobigny au stade Carpentier. La victoire 45-24 a dĂ©signĂ© le club de Roubaix pour un affrontement en match aller/retour.
Au match aller, Ă  la Cipale, le S.C.U.F tire son Ă©pingle du jeu et parvient Ă  l’emporter 25-24, mais pourra regretter ce dernier essai encaissĂ©…
Le dimanche suivant, le 30 avril 2023, les hommes du capitaine Antoine Simon se rendent au fameux VĂ©lodrome de Roubaix pour le match retour. Les scufistes sont menĂ©s 24-16 Ă  la pause. Ils ont encaissĂ© 3 essais, n’en marquant qu’un seul par Gaetan Beaud de Brive. Arthur Calvet permet au S.C.U.F de rester dans la partie avec 3 pĂ©nalitĂ©s et 1 transformation
Les scufistes ne parviennent pas Ă  rattraper leur retard en seconde pĂ©riode. Ils marquent un essai en fin de partie par l’intermĂ©diaire de Solal Allam, mais Roubaix avait suffisamment pris le large.
 
Roubaix s’impose 39-26 Ă  l’issue de ce match retour. Ils chuteront contre Auxerre en 16Ăšme de Finale A/R et rĂąteront la montĂ©e en Federale 2
 
âžĄïž ROUBAIX : 5E 4T 2P
âžĄïž S.C.U.F : 2E 2T 4P
 
 

Compo S.C.U.F : 1 A. Revert 2 L. Bernard 3 H. Jagtar Singh 4 B. Lyon 5 E. Rebours 6 L. Cardoso 7 J. Louge 8 L. Rumin 9 A. Calvet (c) 10 E. Chenivesse 11 S. Bignier 12 S. Allam 13 G. Beaud De Brive 14 T. Beaud De Brive 15 A. Raffy
16 C. Hue 17 S. Thih Thih Belabed 18 M. Mathieu 19 P. Belliard 20 C. Faure 21 G. Marnet 22 M. Alvarez

 

La parole de l’EntraĂźneur de l’Equipe 1 : Arnaud Seux

Il est l’heure du bilan en cette fin d’exercice, et le moins que l’on puisse dire c’est que nous nous souviendrons sans aucun doute de la saison 2022/2023.

La phase de qualification pour notre remontĂ© en FĂ©dĂ©rale 3 a commencĂ© comme elle s’est terminĂ©e, avec deux performances majuscules de nos guerriers noirs et blancs. Tout d’abord Ă  Meaux pour ouvrir la saison avec une victoire a l’extĂ©rieur chez le futur leader de la poule 2 puis pour finir Ă  Epernay avec une nouvelle victoire Ă  l’extĂ©rieur au forceps qui nous permettra finalement de les dĂ©loger de leur 3eme place et de nous offrir un barrage Ă  « domicile ».

MalgrĂ© un trou d’air en DĂ©cembre et une fermeture de RousiĂ© nous condamnant Ă  jouer la phase retour oĂč l’on a pu, c’est bien nos robots du 17eme qui se qualifient pour un barrage contre Bobigny puis un 32Ăšme de CDF contre Roubaix.

ÉreintĂ© par une sĂ©rie de 9 victoires Ă  l’extĂ©rieur d’affilĂ©e, le chemin de nos scufistes s’arrĂȘtent dans le Nord de la France, sans quelques regrets malgrĂ© tout


Mais comme le destin fait bien les choses, cette dĂ©faite en 32eme nous aura permit d’envoyer une Ă©quipe compĂ©titive pour aller crĂ©er l’exploit chez nos amis de Stratford. Nous avons vĂ©cu un week-end historique outre-Manche avec le premier doublĂ© de l’histoire de la Rosecup vieux cochons/ seniors et une 5Ăšme victoire en terre Anglaise pour l’equipe fanion , du biscuit !

Nous retiendrons de cette saison, la dĂ©termination d’un groupe Ă  ne jamais rien lĂącher et les promesses pour l’avenir.

Les joueurs ont portĂ© haut et fort les couleurs du SCUF, bravo Ă  eux! Ils ont Ă©tĂ© grand cette annĂ©e, il faudra l’ĂȘtre encore un peu plus la saison prochaine !

SĂ©niors 2 - La RĂ©serve au bout de l'exploit

EXC.B : La RĂ©serve du S.C.U.F tombe en 1/4 finale Chpt France

La saison s’est terminĂ©e le week-end dernier pour l’Ă©quipe RĂ©serve du S.C.U.F qui a atteint les 1/4 de Finale du Championnat de France d’Excellence B. En championnat, ils terminent 3Ăšme de la Poule 2 avec 13 victoires et 5 dĂ©faites. Les Scufistes se dĂ©barrassent du club d’Haguenau (48-14) en match de Barrage. Ils rentrent parfaitement dans l’esprit du championnat de France en passant aux forcepts face Ă  Arras oĂč ils rĂ©alisent une « remontada » en 2nd pĂ©riode. Ils accrochent le match nul (25-25), mais se qualifient au nombre d’essais marquĂ©s. En 16Ăšme de Finale, ils affrontent l’US VallĂ©e Du Lot 47 oĂč ils jouent Ă  14 durant quasi toute la partie mais s’imposent tout de mĂȘme 15-11. En 8Ăšme de Finale, c’est Ă  nouveau le Lot et Garonne qui sort du chapeau avec le club de NĂ©rac. Les scufistes, menĂ©s 09-17 Ă  la mi-temps, trouvent l’Ă©nergie pour s’imposer 40-31. En quart de finale, ils sont opposĂ©s aux Landais de l’Association CĂŽte Landes Rugby. MenĂ©s 17-10 Ă  la pause, ils s’inclinent 27-10 Ă  l’issue…

Le Bilan par le coach Arnaud Martin :

Le parcours de la RĂ©serve s’est terminĂ© ce dimanche 28 mai sur le score de 27-10 face Ă  CĂŽte Landes en 1/4 de Finales du Championnat de France d’Excellence B. Retour sur leur parcours historique en phases finales.

Qu’on se le dise, si la rĂ©flexion laissera peut ĂȘtre place aux regrets, ce n’est vraiment pas le temps d’y penser tant il y a de quoi ĂȘtre fier de l’aventure de ce groupe cette saison et encore plus sur ces 5 matchs de phases finales. Pour revenir sur la rencontre face Ă  CĂŽte Landes, nous sommes tombĂ©s sur une Ă©quipe « sur des rails » produisant un jeu quasi-industriel mais terriblement rĂ©aliste et efficace, doublĂ© d’une belle ligne de 3/4. AprĂšs 20min de jeu, nous avons perdu le fil de ce qui faisait la rĂ©ussite de notre parcours, une dĂ©fense vaillante et une attaque construite et explosive.
Le fond de la RĂ©serve a pris son essence sur cette deuxiĂšme partie de saison et l’Ă©volution de son plan de jeu plus adaptĂ© au groupe, en en dessinant les contours rencontre aprĂšs rencontre. Une place de 3Ăšme en qualif’ nous obligeat Ă  passer par un match de Barrage.

C’est face Ă  Haguenau que se jouait ce 64Ăšme de Finales. 20-00 Ă  la mi-temps, 48-14 en fin de rencontre, les Scufistes ont dominĂ© une Ă©quipe dont la stratĂ©gie Ă©tait de nous « prendre devants » avec un jeu quasi Ă  une passe. Le rideau dĂ©fensif a tenu, et nos jeunes organismes offensifs ont fait le reste.

En 32Ăšmes, c’est d’Arras dont il a fallu se jouer. Et non sans mal puisque c’est avec un 25-00 qu’ils nous ont corrigĂ© en 1Ăšre mi temps. Occuper le terrain, nous envoyer les gros avant d’ouvrir sur les 3/4, efficace face Ă  notre dĂ©fense Ă  la faute et une attaque Ă  contre courant. Mais la 2nde mi temps vit une exceptionnelle remontada avec une Ă©quipe Scufiste bouillante, victoire 25-25 aprĂšs prolongation Ă  la diffĂ©rence du nombre d’essais inscrits.

Direction les 16Ăšmes pour affronter la VallĂ©e du Lot qui aura fait l’erreur de nous prendre de haut. A vouloir passer une premiĂšre mi temps Ă  nous taper dans le beignet en ne glanant que 3 malheureux points, c’est sur un score de 15 – 11 que les Scufistes renverront chez eux l’USVL et leurs supporters irrespectueux.

Place aux 8Ăšmes face Ă  Nerac, LE match de rĂ©fĂ©rence cette saison. Nous Ă©tions menĂ©s 17-09 Ă  la mi temps mais nous Ă©tions en pleine confiance. Confiance en notre groupe, confiance en notre jeu, confiance en notre capacitĂ© Ă  remettre la main sur la rencontre et surtout Ă  donner de l’intensitĂ© au jeu pendant 80min. A la reprise de la 2nde pĂ©riode, nous avons pris le score en plantant trois essais aux 42, 44, et 58Ăšmes minutes mettant Nerac Ă  genoux de fatigue mĂȘme si ils ont montrĂ© une vaillance Ă  toute Ă©preuves jusqu’au coup de sifflet finale ou nous l’emportons sur le score de 40 Ă  31.

Et puis vinrent les 1/4, dont nous avons dĂ©jĂ  fait le rĂ©cit. C’est une belle saison pour l’Ă©quipe RĂ©serve du SCUF qui se termine et qui demeure la promesse d’un belle avenir.

J’aimerais avoir un mot particulier pour Quentin BAYARD et Germain TROUBLE qui auront pris activement part Ă  ces phases finales et qui raccrochent les crampons aprĂšs avoir fait les beaux jours des SĂ©niors pendant tant d’annĂ©es; pour Yaelle qui fait dĂ©sormais plus que jamais partie de notre Famille ; et GĂ©rard et Laurent L. pour leur engagement sans faille Ă  nos cĂŽtĂ©s.

RETOUR SUR LES FEUILLES DE MATCH DU PARCOURS :
 

âžĄïž 16Ăšme de Finale – 07 mai 2023

S.C.U.F 15-11 US Vallé du Lot 47

Compo : 1 Q. Bayard 2 E. Goeury Mayo 3 A. Perennou 4 J. Robert 5 F. Aubry 6 J. Muckensturm 7 P. Belliard 8 I. Bornens (c) 9 C. Faure 10 S. Philipon 11 A. Castille 12 E. Brennan 13 C. Thouy 14 T. Mynard 15 F. Giroux
16 M. Attia 17 L. Thomas 18 A. Bremer 19 R. Lerner 20 P. David 21 R. Coville 22 R. Bizos

âžĄïž 8Ăšme de Finale

S.C.U.F 40-31 NĂ©rac – 14 mai 2023

Compo :  1 Q. Bayard 2 L. Thomas 3 A. Perennou 4 J. Robert 5 A. Bremer 6 J. Muckensturm 7 P. Belliard (c) 8 E. Goeury Mayo 9 C. Faure 10 S. Philipon 11 A. Castille 12 R. Coville 13 C. Thouy 14 T. Mynard 15 F. Giroux
16 N. Addi 17 G. Trouble 18 E. Le Gac 19 A. Coutaud 20 A. Beuille 21 E. Brennan 22 R. Bizos

âžĄïž 1/4 de Finale – 28 mai 2023

S.C.U.F 10-27 Ass CĂŽte Landes

Compo : 1 Q. Bayard 2 E. Goeury Mayo 3 N. Addi 4 J. Robert 5 A. Bremer 6 J. Muckensturm 7 I. Bornens (c) 8 E. Le Gac 9 C. Faure 10 S. Philipon 11 A. Castille 12 R. Coville 13 T. Mynard 14 R. Bizos 15 F. Giroux
16 T. Vendrell 17 G. Trouble 18 A. Coutaud 19 T. Proust 20 A. Beuille 21 E. Brennan 22 J. Saddier

SĂ©niors 3VC - Le bouclier revient Ă  la maison

8Ăšme match des anciens : legends Stratford 31-32 S.C.U.F. VC

Credit Photos Fotoliberta 2022 ©

Avec le Covid nous n’avons pas pu nous rendre Ă  Stratford les annĂ©es prĂ©cĂ©dentes comme nous en avions pris l’habitude depuis quelques annĂ©es maintenant. Les Anglais sont venus l’annĂ©e derniĂšre Ă  Paris dont une bonne partie Ă  vĂ©lo. Toutes ces bonnes raisons font que nous nous rendons Ă  Stratford avec plusieurs Ă©quipes qui se rallieront Ă  Pearcecroft, les premiers relĂšvent le dĂ©fi de la traversĂ©e Ă  vĂ©lo en partant le mardi (cf. rĂ©sumĂ© dĂ©diĂ©), d’autres se rendent en Angleterre pour la partie de golf du vendredi, d’autres partent le jeudi soir Ă  Birmingham en Ă©claireur et enfin les derniers prennent les avions du vendredi. Cela fait maintenant dix ans que les Vieux Cochons n’ont pas gagnĂ© en Angleterre et l’annĂ©e prĂ©cĂ©dent en France ils ont perdu de peu en ayant menĂ© tout du long


Le match d’ouverture de la Rose Cup commence dĂšs le jeudi soir ! En effet, les alĂ©as des prĂ©sents font que certains joueurs doubleront via un Ă©change de bons procĂ©dĂ©s entre les deux Ă©quipes SCUFistes mais surtout Thibaut Roueff a rĂ©ussi l’impensable Ă  savoir faire une licence Ă  la vitesse de la lumiĂšre. Le prĂ©sident se couche jeudi soir en espĂ©rant retrouver tous les siens Ă  Pearcecroft et le vendredi Ă  l’heureuse surprise de dĂ©couvrir que Thibaut a fait sa licence dans la nuit grĂące Ă  son pĂšre et GĂ©rard qui sont tous deux des insomniaques. En plus de Thibaut, les Vieux Cochons rĂ©unissent plusieurs provinciaux (JC, KĂ©vin, Heissam et Flo), Jerome H. toujours prĂȘt Ă  chausser ses crampons pour les matches internationaux et bien sur une ossature basĂ©e sur l’équipe de la saison rĂ©guliĂšre. Ces valeureux Cochons seront aidĂ©s par Saddier et Verdier ainsi qu’Arnaud Seux qui rechausse les crampons pour l’occasion, nous en profitons pour les remercier de nous avoir apportĂ© leurs forces pour ce match toujours engagĂ©. Nous avons au final une Ă©quipe de 20 joueurs qui sera confrontĂ©e aux 22 Anglais.

La soirĂ©e du vendredi fut assez calme par rapport Ă  d’autres pĂ©riodes, seuls les cinquantenaires finiront au Kasebar et finiront, pour certains, par se rĂ©veiller toujours chaussĂ© le lendemain. Ceci fait que tout le monde arrive Ă  l’heure, et presque frais, au stade pour prĂ©parer le match. L’échauffement dĂ©marre presque Ă  l’heure et dĂ©jĂ  deux styles s’affrontent, les Vieux Cochons qui sortent d’une saison pleine avec 17 matches s’échauffent « as usual » tandis que les Old Legends avec une saison plus clairsemĂ©e font un jeu entre le touchĂ© et le plaquĂ©. Retour au vestiaire, discours du capitaine qui rappelle aux uns et aux autres certains souvenirs partagĂ©s, attente dans le couloir toujours exigu et enfin les fauves sont lĂąchĂ©s pour prendre la photo d’avant match et enfin jouer la rencontre opposant les deux Ă©quipes.

Les dix premiĂšres minutes donnent le ton, les Vieux Cochons pratiquent le rugby qui a fait leur succĂšs sur la deuxiĂšme partie de saison Ă  savoir du jeu dans l’avancĂ©e avec des passes aprĂšs contact et les Britanniques pratiquent un jeu avec plus de confrontations directes. Enfin, Ă  la dixiĂšme minute, JB Gelis bien servi par CLG rentre plein fer dans l’intervalle tout en bousculant trois anglais et file entre les poteaux ! CLG qui a dĂ©montrĂ© une certaine prĂ©cision toute l’annĂ©e passe la transformation, 0-7 ! Le combat est rude et les Anglais finissent par marquer un essai Ă  la suite d’un errerement dĂ©fensif bien exploitĂ© par le toujours trĂšs Ă©lĂ©gant Andrew Pritchard qui sera lui aussi transformĂ©, 7-7. Les Vieux Cochons auront une occasion de marquer sur un trois contre deux d’école mais malheureusement un en avant viendra anĂ©antir la belle initiative. Nous sommes pĂ©nalisĂ©s et cela se soldera par une pĂ©naltouche et un essai tout en puissance des Anglais, 12-7. Le jeu se durcit, JB Gelis jusqu’ici exceptionnel comme tout au long de la saison en fera les frais et sortira avec une vilaine blessure qui l’écartera de nombreux mois du terrain (nous lui souhaitons un bon rĂ©tablissement et espĂ©rons le voir sur les terrains dĂšs que possible). Arnaud fait son entrĂ©e et montre que mĂȘme hors de forme il est encore capable de faire parler sa puissance et distribuer des coups d’épaules Ă  ceux se prĂ©sentant devant lui que ce soit en attaque ou en dĂ©fense. Thibaud rentre un peu plus tard et montre qu’il sait toujours dĂ©blayer efficacement et mettre des placages manchettes si nĂ©cessaire. Nous produisons un jeu fait de passe et de temps de jeu et peu avant la mi-temps aprĂšs un enchaĂźnement avant/trois quarts Julien s’en va marquer en coin, cette action signera la fin de match pour lui un Anglais ayant cru bon de lui Ă©craser le mollet avec ses 18 millimĂštres. Le mi-temps est atteinte sur le score de paritĂ© de 12-12 !

Les jeunes venus nous Ă©pauler font leur entrĂ©e ainsi que Jerome H. Le jeu reprend sur les mĂȘmes bases que la premiĂšre mi-temps. Sur une pĂ©nalitĂ© jouĂ©e vite par ce filou de CLG les vieux Cochons reprennent l’avantage d’autan que CLG transforme lui-mĂȘme son propre essai. Les Anglais ne lĂąchent rien et reviennent Ă  deux points avec un essai dont je n’ai aucun souvenir
 Les Vieux Cochons sont venus pour gagner et prennent les points en face des poteaux, ce qui aura le don d’agacer les Anglais qui prĂ©fĂšrent voir le French Flair lĂ©gendaire des Français, enfin tant qu’à la fin ils gagnent
. Sur une de nos offensives avec des passes dans la dĂ©fense et des relais avant/trois quarts, ClĂ©ment Le Paih qui honorait sa premiĂšre sĂ©lection outre-manche, marque au milieu des poteaux et CLG transforme facilement, 17-29. Il reste 10 minutes de jeu, nous savons que les Anglais ne rendront pas les armes et qu’il faut se mĂ©fier jusqu’au bout. CLG, le meilleur joueur du club, remet les Anglais dans la partie en se faisant intercepter alors qu’il avait un sur nombre flagrant Ă  jouer qui aurait celĂ© le score du match. Re pĂ©nalitĂ© en face des poteaux et de nouveau nous prenons les points pour Ă©tablir le score Ă  24-32. Le suspense est Ă  son comble ! les Anglais sur une offensive Ă  5 minutes de la fin marque un essai dont je ne me rappelle pas plus que leur prĂ©cĂ©dent et reviennent Ă  un point, 31-32 !!! Les cinq derniĂšres minutes montrent des Anglais contrĂ©s par une dĂ©fense SCUFiste qui ne lĂąche plus un mĂštre, un dernier « turn over » Ă  la suite d’un placage trĂšs offensif de Thomas S. permet aux Vieux Cochons de dĂ©gager en touche et aux supporters d’envahir le terrain ce qui ne laissera d’autre choix Ă  l’arbitre que de siffler la fin du match ! Victoire aprĂšs dix annĂ©es d’attente en terre Anglaise !

Traditionnelle photo sous le tableau du score, photo avec nos adversaires, remise du bouclier en bois et premiĂšre biĂšre d’aprĂšs match. La suite, la Rose Cup se joue et aprĂšs un match trĂšs plaisant Ă  regarder le SCUF remporte la partie sur un score Ă  peine plus large que le match jouĂ© en levĂ© de rideau. DoublĂ© historique pour le SCUF ce qui n’était jamais arrivé !!!

Enfin, les Anglais nous dĂ©fient Ă  la « Drink run Race » et nous en profitons pour sortir notre arme secrĂšte, Jean Marc Hanna montre tout son talent et cela nous permet d’établir un triplĂ© sur ce beau samedi.

La soirée commencera au club house et se finira au Kasebar ; un air de déjà vu mais trÚs plaisant les deux équipes ayant gagné et cela nous ayant permis de passer un moment fort sympathique avec tous les participants de ce week-end.

Roch pour les Vieux Cochons.

âžĄïž Equipe : H. ABDALLAH, H. BATTOUE, JC DIAZ, A. LE PAPE, L. PLATT, R. SENTOUT, F. PALOMARES, JB GELIS, R. POLETTI, C. LE GARNEC, C. LE PAIH, K. RIVIERE, J. FOUCARD (C), J. BEGU, T. SCHWARTZ, N. BONTOUX, Je. HOSPITAL, T. ROUEFF, J. SADDIER, VERDIER, F. GALLAIRE, A. SEUX, R. PRETESEILLE (Coach)

– ASUB Champagne Boys vs SCUF Vieux Cochons la revanche –

Nos valeureux Vieux Cochons terminent leur saison avec un deuxiĂšme match international qui les oppose au Champagne Boys de l’ASUB Ă  Waterloo. L’annĂ©e derniĂšre les Belges Ă©taient venus Ă  Paris et nous avons accepter l’invitation pour jouer la revanche chez eux cette annĂ©e.
AprĂšs une remise des maillots trĂšs Ă©mouvante faites par Anna Nivoix, femme de Christophe, qui est venu pour l’occasion, le match peut commencer. L’arbitre pour l’occasion fut Nicolas Corcia anciens joueurs des Vieux Cochons ce qui donna encore un peu d’émotion au match.
Les Vieux Cochons dominent le premier et le deuxiÚme tiers temps mais se font dépasser lors du troisiÚme tiers temps à la toute derniÚre minute. Les deux équipes ont pratiqué du beau rugby et se sont rendus coups pour coups, cette fois-ci les Belges ont été plus réalistes.
Les Vieux Cochons perdent la rencontre et repartent donc logiquement avec le Trophée Napoléon 1er remis en jeu pour chaque match entre les deux équipes.
Nous remercions les Champagnes Boys pour leur accueil et la rencontre, nous avons passĂ© un excellent moment en leur compagnie tout comme l’annĂ©e derniĂšre quand ils Ă©taient venus Ă  Paris. Nous espĂ©rons que l’amitiĂ© perdurera entre ces deux Ă©quipes et que d’autres rencontres pourrons se faire les annĂ©es Ă  venir, peut ĂȘtre pas chaque annĂ©e les uns et les autres ayant plĂ©thore de projets internationaux mais de maniĂšre assez rĂ©guliĂšre.


Roch pour les Vieux Cochons

S.C.U.F 3 Vieux Cochons : Passation de la Présidence

Chers Cochons, chers accueillants,

Nous profitons de ce week-end dans le nord pour faire les annonces officielles qui doivent ĂȘtre faites en cette fin de saison. Comme beaucoup le savent, tel NapolĂ©on aprĂšs une journĂ©e de juin Ă  Waterloo, je dois abdiquer, non pas pour aller sur l’üle de Saint Helene mais pour m’exiler Ă  Prague en RĂ©publique TchĂšque. Mon parcours professionnel atypique prend encore une nouvelle direction qui me mĂšne en Europe centrale, nous partons cet Ă©tĂ© avec Sophie et Auguste pour Ă  priori une durĂ©e d’au moins trois ans.
Mon mandat n’aura durĂ© qu’un an, trois en comptant la vice-prĂ©sidence des deux annĂ©es prĂ©cĂ©dentes lorsque j’étais le vice du prĂ©sident Quentin. Pour moi c’est un peu plus que la fin des Vieux Cochons, cela s’accompagne d’une probable fin de carriĂšre Ă  l’exception des matches de gala en tournĂ©e pour lesquels j’espĂšre pouvoir ĂȘtre prĂ©sent. Certains disent que je reprendrai mais j’en doute, il ne faut cependant comme le dis l’adage ne jamais dire jamais. Pour l’école de rugby je serai moins catĂ©gorique car je reviendrai Ă  Paris quand mon expatriation prendra fin et y retournerai trĂšs probablement pour Ă©duquer les enfants et vu qu’on tabasse tout le monde j’y ai pris goĂ»t.
Je ne m’étalerai pas sur ma carriĂšre avant les vieux cochons mais la rappellerai briĂšvement, le SCUF Ă  l’EDR depuis l’ñge de 6 ans, puis le PUC en cadet / junior puis retour au SCUF en senior avant une pĂ©riode de six ans Ă  Bagneux pour enfin revenir au SCUF.
Le SCUF c’est la famille, je suis un « fils de », et les vieux cochons c’est une famille dans la famille. 10 ans en ce qui me concerne, cette Ă©quipe est Ă  part et il faut cultiver sa spĂ©cificitĂ©. Cette Ă©quipe regroupe des joueurs de tous Ăąges, des joueurs ayant arrĂȘtĂ© un certain temps et souhaitant reprendre une licence, des joueurs ne voulant plus s’entraĂźner et des « frĂšres de » jouer ensemble, les frĂšres Schwartz, les frĂšres Bejanin, les frĂšres Blanchard, les frĂšres De TarlĂ©, les frĂšres Le Garnec, les frĂšres Hospital et les frĂšres Poletti. Nous avons la particularitĂ© pour une Ă©quipe de « vieux » de jouer un championnat rĂ©gulier de niveau tout Ă  fait correct ; on joue plus de 15 matches chaque saison avec une qualification en phase finale trĂšs rĂ©guliĂšrement sans compter les matches de tournĂ©e et de gala. Sur chacune de ces trois annĂ©es je retiendrai :
– La premiĂšre qui n’a durĂ© qu’un mois avant la pandĂ©mie du Covid. Mais nous avons pu profiter Ă  plein du Club House fraĂźchement inaugurĂ© car nous avions le droit de jouer Ă  toucher et de faire des barbecues
– La seconde oĂč on casse la gueule Ă  tout le monde et on finit en apothĂ©ose avec cette tournĂ©e dantesque Ă  Madrid. Nous partĂźmes Ă  44 et nous revinrent un peu moins nombreux

– La troisiĂšme enfin oĂč nous nous sommes retrouvĂ©s dans une poule trĂšs relevĂ©. 5 matches en ressort, le premier Ă  Plaisir dans le froid, la nuit et Ă  16 dans les vestiaires puis 14 au bout d’une minute de jeu. Les Vieux Vieux Cochons ont rĂ©pondu Ă  l’appel et sont montĂ©s au front. Le second Ă  Suzanne Langlen contre Courbevoie qui aurait pu attaquer pendant 100 jours sans arriver Ă  marquer. Le troisiĂšme au PUC avec trois soixantenaires et trois cinquantenaires Ă  la Cipale oĂč nous les battons malgrĂ© un carton rouge obtenu au bout de 10 minutes. Le quatriĂšme contre le PORC ou nous gagnons sans leur laisser la moindre chance et enfin la victoire Ă  Stratford.
Que des annĂ©es exceptionnelles et je ne vous remercierais jamais assez tous autant que vous ĂȘtes.

Avant de passer au moment tant attendu de l’annonce de la passation je tiens Ă  remercier tous les prĂ©sidents que j’ai connu et qui se passent le flambeau depuis de nombreuses annĂ©es, Ă  savoir : les prĂ©sidents Marco, Jean Mich et Bejanin, Doudou et Lawrence, Flo et Casper le fantĂŽme Boubou, Quentin bien sur qui a connu la pĂ©riode la plus compliquĂ© en therme d’effectif et enfin Julien. Nous souhaitions avec Quentin arriver Ă  renouveler le groupe et avons choisi Julien en partie pour cela, le contrat est rempli nous avons eu une multitude de « jeunes » joueurs qui sont arrivĂ©s cette annĂ©e et je l’en remercie grandement cela devrait permettre Ă  cette Ă©quipe de continuer Ă  vivre car ces derniĂšres saisons nous avons perdu nombre d’entre les nĂŽtres : je ne les citerai pas tous mais je pense Ă  Romain l’annĂ©e derniĂšre, Pascal Ă  l’entrĂ©e d’une boitĂ© de nuit Ă  Madrid, Franky Ă  Courbevoie avec qui j’ai jouĂ© mon premier match au SCUF en senior dans ce mĂȘme stade de Courbevoie, Doudou un jeudi soir et enfin mon Frather sur le champ de patate du PORC
 Merci encore Julien.
On y est presque, mais avant d’annoncer la grande nouvelle que vous attendez tous, je vais rĂ©pondre Ă  la question qui nous taraude tous depuis le dĂ©but de la saison. Qui des frĂšres Blanchard, Le Garnec ou Poletti sont les plus forts. Etant donnĂ© qu’il y a trois fratries j’ai fait trois catĂ©gories et fait un classement pour chacune d’entre elle.
1ere catĂ©gorie : le trophĂ©e Laurent Igarza. En cumulĂ©, selon le dĂ©compte officiel de la FFR, avec trois cartons rouges et cinq cartons jaune les vainqueurs sans grande surprise sont les frĂšres Blanchard, en second ce sont les frĂšres Le Garnec mais cela ne s’est pas jouĂ© Ă  grand-chose et ils bĂ©nĂ©ficient des arbitres qui se trompent de joueurs quand ils mettent des cartons et enfin les frĂšres Poletti qui sont loin derriĂšre malgrĂ© toutes mes tentatives de marquer des points lors du match contre le PORC. On peut applaudir Mathieu qui reprĂ©sente les frĂšres Blanchard ce soir !
2eme catĂ©gorie : boulard et musculation. Sans grande surprise encore, les vainqueurs sont les frĂšres Le Garnec pour l’ensemble de leur Ɠuvre tout au long de l’annĂ©e avec notamment les vidĂ©os de ClĂ©ment en sortie de Pousse au Crime Ă  05h00 du matin. Les frĂšres Blanchard sont seconds car tout le monde sait que les varois ont un plus gros boulard que les Corse. On peut applaudir PLG et CLG qui ne sont pas lĂ  ce soir.
Enfin, la troisiĂšme catĂ©gorie. La catĂ©gorie rugby ! Les vainqueurs sont les frĂšres Poletti et on s’arrĂȘtera lĂ  les autres vous n’ĂȘtes pas invitĂ©s !

Nous y sommes. Je n’ai pas appris grand-chose Ă  l’école comme certains le savent mais j’ai retenu que finir un discours par deux quatrains en alexandrin fait son effet. Ainsi je me suis prĂȘtĂ© au jeu :

«  
Il est temps pour moi d’annoncer qui aura chance
Non pas de jouer Ă  la mĂȘlĂ©e l’an prochain
Mais bien d’accĂ©der demain Ă  la prĂ©sidence
Il a joué son rÎle avec un grand entrain

Je parle bien entendu du joyeux Julien
Qui aura la chance de cĂŽtoyer Laguerre
Et partira accompagné de ses frÚres
Et d’un Vice qui a un avenir trùs certain
«

Messieurs, le prĂ©sident s’exile, vive le prĂ©sident, le prĂ©sident va annoncer la vice-prĂ©sidence, en ce qui me concerne, je vous tire ma rĂ©vĂ©rence !

====

Vive le président Julien BEGU et son Vice Romain Preteseille !

BIKE RIDE II - 3 cyclistes et 1 voiture balaie... par Hugo Battoue

L’épopĂ©e commença en ce mardi froid et pluvieux. Le rendez-vous fut donnĂ© Ă  12h30 au restaurant Chez Pradel dans le 18Ăšme. Cela aurait Ă©tĂ© trop facile de dĂ©buter comme prĂ©vu, alors c’est Ă  un rendez-vous client que je me rendis le matin, chargĂ© de mon paquetage de 40kg en tenue pluie, dans le 18Ăšme Ă©galement. Une premiĂšre gamelle Ă©tait inĂ©vitable en chevauchant un trottoir parallĂšle manifestement trop haut. Sur mon vĂ©lo mal rĂ©glĂ©, trempĂ© jusqu’aux os et le dos cassĂ© par le poids des sacs, j’arrivais presque Ă  l’heure Ă  mon rendez-vous qui se passa heureusement bien. Je reçu mĂȘme les encouragements de mon interlocuteur Jean-Michel, concernĂ© par notre vaillant programme.

J’enchaĂźnais avec le dĂ©jeuner chez Pradel oĂč les coureurs Romain Presteille et Nicolas Bontoux m’attendaient de pied ferme, accompagnĂ©s de notre rabatteur et voiture balais Florent Lazzerini, tous au sommet de leur forme et de leur motivation. Nous rejoignit alors un Laurent Laguerre flamboyant, fier comme un coq, chargĂ© du sac Ă  maillots de l’équipe de premiĂšre et du trophĂ©e de la Rose Cup, qu’il avait prĂ©cieusement lustrĂ© pendant 365 jours. Il ne manqua pas de nous prĂ©senter avec sa plus grande fiertĂ© son coffret qu’il lui a lui-mĂȘme confectionnĂ© avec son infinie dĂ©licatesse. Nous ne prĂ©sentons plus le SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral de la section rugby, et ses nombreux autres titres, car il est plus gradĂ© qu’un GĂ©nĂ©ral de l’armĂ©e Nord CorĂ©enne.

Julien BĂ©gu, PrĂ©sident de l’équipe 3 Les Vieux Cochons et Julien Schwartz, PrĂ©sident de la section rugby nous accompagnaient pour ce joyeux dĂ©jeuner riche en sautĂ© boeuf aux olives ou autres fish & chips, et ne manquaient pas de nous encourager, tout en restant dubitatif sur notre pĂ©riple, compte tenu de la prĂ©paration physique de certains et des conditions climatiques Ă©pouvantables. Nous apercevĂźmes mĂȘme au dehors JĂ©rĂ©sime Cottrez qui eut la bonne idĂ©e d’une balade en famille en pleine averse. C’est au siĂšge social de Nicolas Bontoux – The Accountant – Cuir Moustache – Mollet d’or – le Mike Horn des beaux quartiers, que nous clĂŽturĂąmes les derniers prĂ©paratifs avant le grand dĂ©part.

Mardi 9 Mai 2023 – PremiĂšre Ă©tape : Chaumont en Vexin – 60 km

15h15 et nous partĂźmes sous la pluie, qui ne cessa de croĂźtre jusqu’à la sortie de Paris. C’est aprĂšs la premiĂšre grande montĂ©e de Francoville que nous apercevĂźmes le soleil, et fĂźmes escale au cimetiĂšre pour honorer la mĂ©moire du fondateur du club, Charles Brennus, pĂšre du rugby Français. Nous lui prĂ©sentĂąmes la Rose Cup, un des multiples symboles de sa postĂ©ritĂ©.

Le recueillement fut de courte durĂ©e car il fallut encore parcourir le parc rĂ©gional du Vexin Français et ses routes nationales en rase campagne pour arriver Ă  bon port. Nous traversĂąmes dans un climat agrĂ©able ses villages carte postales, dont Marine oĂč a Ă©lu domicile le victorieux Arnaud le Pape.

Nous arrivĂąmes Ă  19h Ă  l’Auberge Saint-Nicolas pour un nouveau repas diĂ©tĂ©tique Ă  la pizzeria du petit village bucolique de Chaumont en Vexin. Dans la chambrĂ©e, les 4 convives se disputaient les 3 feuilles de PQ disponibles, gracieusement offertes par la rĂ©ception de l’hĂŽtel. L’histoire ne raconte pas lequel fut lĂ©sĂ© Ă  3h du matin
 Une biĂšre plus tard, les coureurs tombĂšrent instantanĂ©ment dans les bras de MorphĂ©e.

C’est par bontĂ© ou par pitiĂ© que Romain Presteille – Professionnel de la petite reine – Grand capitaine de son Ă©poque – ConfĂ©rencier d’aĂ©rophagie, dĂ©cida de rĂ©gler ma bicyclette, de la selle au guidon, et m’appris Ă  enclencher les pĂ©dales pour enfin avoir une chance de les suivre.

Mercredi 10 Mai 2023 – DeuxiĂšme Ă©tape : Dieppe – 110 km

DĂšs le petit dĂ©jeuner, une brillante idĂ©e me vint : comment vĂ©rifier la cuisson d’un Ɠuf ? Se la casser sur la tĂȘte bien sĂ»r ! Le benjamin des coureurs que j’étais, appris Ă  ses dĂ©pens que certains hĂŽteliers proposaient des Ɠufs crus au petit dĂ©j, et que l’excĂšs de confiance en soi n’était pas indispensable Ă  6h du matin. Cela a tout de mĂȘme permis aux membres de la course, comme aux autres clients, de dĂ©buter la journĂ©e de bonne humeur.

DĂ©part 8h35 pour les coureurs, sous la pluie Ă©videmment, pour ce premier long pĂ©riple. “Paris-Dieppe ça descend jusqu’à la mer” selon les meilleurs experts. Cette lĂ©gende urbaine des biens pensant inexpĂ©rimentĂ©s est Ă©videmment erronĂ©e, au moins sur la premiĂšre moitiĂ©. Le soleil dĂ©cida de nous enorgueillir au quarantiĂšme kilomĂštre et pour le reste de la journĂ©e. Nous rejoignons NeufchĂątel en Bray, ou nous fĂźmes escale avec Florent Lazzerini – Lazz – Marc VĂ©rat – Notre mĂšre Ă  tous, qui nous attendait avec une cantine toute prĂȘte, chaude et faite maison, digne des plus grandes tables : soupe, pĂątes & Gateau Princes.

Le poids de ce bonheur se fit sentir sur les 50 derniers kilomĂštres avec notamment les 3 sorties de pistes cyclables, heureusement maĂźtrisĂ©es, de Nicolas dit l’homme “aux mollets en ventre de lapin”. PremiĂšre petite victoire avec mes premiers 100km ! Synonyme Ă©galement de ma deuxiĂšme gamelle, devant des enfants Ă  qui je somme formellement de ne JAMAIS faire du vĂ©lo avec des clips aux chaussures. Nous arrivĂąmes Ă  Dieppe Ă  l’heure et sous un soleil radieux, pour embarquer sur le ferry Ă  16h comme prĂ©vu.

La fouille de la voiture pleine Ă  craquer (4 personnes, 3 vĂ©los, bagages personnelles, bagages du club, l’intouchable Rose Cup, cantine de camping, 
) nous fĂ»mes les derniers Ă  embarquer, ce qui nous n’empĂȘcha pas d’ĂȘtre les premiers au bar.

Les cabines privĂ©es avec hublot furent d’une grande utilitĂ© puisque nous avons passĂ© 4h attablĂ©s pour se remĂ©morer notre exploit, accompagnĂ© de La Monstre CuvĂ©e, et ainsi dĂ©couvrir l’oenologie vieillie en Amphore. L’histoire raconte que ce nectare viticole Ă  14,8° ne serait toujours “pas assez fort” pour l’ami RĂ©nat’, co-auteur de cette vignonerie. ArrivĂ©e Ă  Newheaven Ă  20h30 heure locale, puis arrivĂ©e au B&B de Seaford Ă  21h30, nous nous retrouvĂąmes une fois n’est pas coutume devant le seul restaurant ouvert : une nĂ©cessaire pizzeria. Lazz vous gardera un tĂ©moignage Ă©mu de son expĂ©rience de la nausĂ©abonde “Seafood, number 12”, inconnue au bataillon du restaurateur, bien que conçue en bord de mer (comme quoi).

Jeudi 11 Mai 2023 – TroisiĂšme Ă©tape :  Strealey – 150km

DĂ©part Ă  9h30 sous un soleil radieux ! Lazz, enfermĂ© Ă  l’extĂ©rieur Ă  cause d’un dĂ©faut de porte, en fera son affaire avec le personnel de mĂ©nage (sans allusion aucune avec notre regrettĂ© Directeur du FMI).

Attention nĂ©anmoins ! Aujourd’hui et pour le reste du trajet il nous faudra rouler Ă  gauche, et comprendre que se faire dĂ©passer par la droite n’est pas une insulte.

Ce fut le moment le plus beau et le plus agrĂ©able du sĂ©jour : cĂŽte sublime, lumiĂšre et tempĂ©rature idĂ©ale, les embruns parfumaient nos inspirations et le paysage ne laissait rien monotone : joggeur avec poussette, partie de bowling sur gazon, croquet sur une pelouse mieux tondue qu’un green de golf, et parc d’attraction sur le jetĂ©e Ă  Brighton oĂč nous dĂ©cidĂąmes de prendre un cafĂ© et hĂ©sitĂąmes Ă  nous baigner. Cependant, le capitaine de l’expĂ©dition Romain nous alerta avec justesse que le sel accentuait les frottements, ce dont se passerait bien tout cycliste.

Nous troquĂąmes cette cĂŽte de nacre pour la charmante country side, jonchĂ©s de vallons moutonneux, rĂ©vĂ©lant les plus belles couleurs du printemps. Nous admirĂąmes Ă©galement les tombes de travers devant des Ă©glises paradoxalement entretenues bien qu’ayant l’air abandonnĂ©es.

Ce furent les 60km les plus faciles et les plus doux du sĂ©jour, et ceux malgrĂ© de nombreuses montĂ©es, car oui, Cher lecteur, l’Angleterre n’est pas plate. Notre mĂšre nourriciĂšre Lazz, qui dĂ» renoncer Ă  sa visite tant attendue de Stonehenge pour nous sustenter, nous attendait sur le bord de la route pour nous restaurer et nous proposer son pistolet Ă  massage, particuliĂšrement apprĂ©ciĂ© par Romain que nous dĂ»mes dĂ» laisser seul un instant. Ces petits moments de plaisir furent balayĂ©s par l’arrivĂ©e d’un violent orage, accompagnĂ© d’une pluie lourde et froide. C’était sans compter l’infaillible soutien Scufiste des amis golfeurs ayant fait halte Ă  l’auberge du White Horse de Hascombe pour partager un thĂ©, ou une pinte, avec notre escouade. Thomas Schwartz, Jean-Marc Hanna et Bruno Nabet, nous rĂ©chauffĂšrent le cƓur, Ă  dĂ©faut d’habits de rechange.

Leurs encouragements furent plus que bienvenus pour affronter la tempĂȘte, les bourgs engorgĂ©s de trafic et des montĂ©es aussi atroces que nombreuses. La grande question “Mais pourquoi faisons-nous cela?” rĂ©sonnait Ă  l’unisson dans nos esprits mis Ă  l’épreuve. Un freinage d’urgence dans une descente laissa sur le carreau Nicolas, qui tordit dĂ©finitivement son dĂ©railleur. Ce fut la panne mĂ©canique.

Les tentatives de rĂ©paration furent vaines et nous dĂ»mes solliciter le soutien de la voiture balais. Lazz sauva Nicolas pendant que nous repartĂźmes sur les routes avec Romain, qui s’arrĂȘtait toutes les 5 minutes, tapotant irrĂ©mĂ©diablement sur son tĂ©lĂ©phone : c’était les grosses gouttes de pluies qui modifiaient en permanence l’itinĂ©raire sur son Ă©cran tactile. De surcroĂźt sa batterie Ă©tait sur la rĂ©serve et la batterie de secours ne fonctionnait plus tant le mobile Ă©tait imbibĂ© d’eau. Ce fut la panne Ă©lectronique. En outre, mon tĂ©lĂ©phone Ă©tait en possession de Lazz qui avait besoin d’un forfait UK compatible, il fallut donc s’arrĂȘter pour trouver une solution.

Ce fut devant un des innombrables salons de coiffure Anglais (autant que des pizzerias) que j’eu l’idĂ©e de nous arrĂȘter pour sĂ©cher le smartphone Ă  grand coup de sĂšche-cheveux. Les coiffeuses apeurĂ©es par les vagabonds en moule burnes que nous Ă©tions n’eurent d’autre choix que de nous aider dans cette entreprise, qui fonctionna ! Le tĂ©lĂ©phone Ă©tait sec ! Nous pouvions Ă  nouveau le charger et repartir, mais c’est en lisant sur les lĂšvres bleues de Romain restĂ© dehors pour garder les vĂ©los sans attaches, que je compris que l’hypothermie nous guettait.

Je voulais pourtant repartir et terminer nos 30 derniers kilomĂštres, mais cette aventure n’ayant de sens que si elle Ă©tait partagĂ©e, nous acceptĂąmes de rentrer en voiture aprĂšs ces dĂ©boires, et de rattraper les kilomĂštres perdus la journĂ©e du lendemain. Game over pour aujourd’hui, nous avons fait ce que nous avons pu et ce qu’il fallait. Le but Ă©tant d’arriver Ă  bon port, Ă  l’heure et en vie. ArrivĂ© aux YMCA prĂšs d’Oxford, nous partageĂąmes le cidre de l’amitiĂ© dans la chambrĂ©e avant de sombrer dans les bras de Lance Armstrong.

Vendredi 12 Mai – 110km – Stratford Upon Avon

AprĂšs un copieux English breakfast, nous repartĂźmes direction Oxford avec Romain, pour notre dĂ©tour de rattrapage de la veille, pendant que Nicolas et Lazz rĂ©parĂšrent miraculeusement le vĂ©lo de Nicolas chez Decathlon Oxford. Nous nous arrĂȘtĂąmes prendre un cafĂ© dans cette ville sublime, estudiantine et touristique, oĂč les nombreuses universitĂ©s aux couleurs de Poudlard nous firent voyager dans nos jeunes annĂ©es.

TrĂȘve de magie, car nous avions rendez-vous avec Florent, le brasseur Français de Stratford,  au chĂąteau de Blenheim, unique palace d’Angleterre n’appartenant pas Ă  la famille royale, mais au duchĂ© de Marlborough, berceau de Sir Winston Churchill. Nous partageĂąmes un dernier plat de pĂątes au rĂ©chaud pour affronter nos 60 derniers kilomĂštres. Ce fut ainsi que l’ami Florent fĂźt ses 120km de courtoisie pour nous encourager.

Chacune des montĂ©es Ă  12% fut pour nous un Mont Ventoux. Florent leadait le peloton du haut de son VTT (!), ou nous collait au train en criant “Allez pousse ! Tu peux le faire. Le pub n’est plus qu’à quelques kilomĂštres !”. Chose promise, chose due, nous nous arrĂȘtĂąmes au pub nous dĂ©saltĂ©rer, Ă  15km de Stratford, oĂč une Ă©quipe anglaise nous attendait, dont notamment la fratrie Pritchard, Nick Leach et Ratty. Trois pintes plus tard, il fut l’heure de finir ce que nous avions commencĂ©.

Je revĂȘtit mon costume de Scufman pour ĂȘtre investi de sa force. La biĂšre et l’euphorie de l’arrivĂ©e firent le reste. Ces 15 derniers kilomĂštres furent un sprint ininterrompu : nous volĂąmes jusqu’au stade de Pearcecroft oĂč la haie d’honneur des Vieux Cochons nous acclama tels des hĂ©ros ! Sur le terrain Ă  vĂ©lo, triomphants, fumigĂšnes Ă  la main, nous exultions ! Nous l’avions fait ! Ensemble. Ce souvenir, ce dĂ©fi, cette camaraderie, et cet effort, laissera Ă  jamais un noble souvenir dans ma mĂ©moire.

Epilogue

Au nom du pĂšre (Romain qui m’a appris Ă  pĂ©daler), de la mĂšre (Lazz qui nous a permis de survivre en milieu hostile), et du comptable (Nicolas, garant des itinĂ©raires et des kilomĂštres parcourus, non avare en encouragements). Je vous remercie sincĂšrement tous les 3 pour cette aventure humaine qui a abouti, et qui fut magnifiĂ© par notre victoire du lendemain contre les Old legends. Merci Ă©galement aux innombrables encouragements de la famille SCUF tout au long de ce parcours.

J’espĂšre que ce rĂ©cit, bien que long, au passĂ© simple et pompeux, donnera l’envie d’un nouveau dĂ©fi et surtout d’une belle aventure humaine pour les gĂ©nĂ©rations futures de joueurs. Que cette tradition perdure et vienne enrichir la grande histoire du SCUF !

Je tiens Ă  ajouter et pour finir, que cet exploit de plus 400km, est Ă  mettre en perspective avec celui de nos meilleurs ennemis. En effet, ces derniers l’ont fait en 2022, plus nombreux, mais surtout en 3 jours au lieu de 4. La lĂ©gende raconte que certains auraient perdu leur selle, et qu’ils auraient fait fausse route de 20km, ajoutant ainsi 40km Ă  leur troisiĂšme Ă©tape (Dieppe – Paris) soit plus de 200km pour leur derniĂšre journĂ©e. S’ils n’ont pas brillĂ© par leur esprit, et cela peut arriver de n’importe quel cĂŽtĂ© de la Manche, ils ont rĂ©alisĂ© la moitiĂ© du chemin en une seule journĂ©e, et ce, aprĂšs une nuit blanche sur le ferry. La compĂ©tition ne fait que commencer.

“Ils l’ont fait !”

Feminines +18 :

FĂ©dĂ©rale 1 FĂ©minine – Les Gorettes se maintiennent

Les Gorettes ont disputĂ©, le 13 mai, leur dernier match de championnat au Stade Jean Bouin oĂč elle se sont inclinĂ©es 13-00 face aux filles du Stade Français.

A l’issue du championnat, les Gorettes peuvent s’enorgueillir d’avoir alignĂ©es deux Ă©quipes cette saison, la premiĂšre en FĂ©dĂ©rale.1 oĂč elles se maintiennent dans la difficultĂ© (7Ăšme/8 de la Poule 1 avec 5 victoires et 9 dĂ©faites), et une Ă©quipe RĂ©serve en FĂ©dĂ©rale.2 (5Ăšme/7 de la Poule 1 avec 4 victoires et 8 dĂ©faites)

âžĄïž Un mot de la capitaine Marion Simon :

On l’a fait. On a tenu.
Deux saisons aprĂšs la montĂ©e effective du groupe en Fed 1 on a confirmĂ© notre maintien. L’effectif, en grande partie renouvelĂ©, a beaucoup Ă©voluĂ© et progressĂ© pour tenir le cap.
Ce n’est pas toujours simple de fĂ©dĂ©rer un groupe en construction, sans stade fixe et avec de nombreuses blessĂ©es.. mais c’est dans ces moments-lĂ  que l’Ăąme du groupe s’est rĂ©vĂ©lĂ©e et a pu faire des Ă©tincelles. En particulier avec ce dernier match mĂ©morable (et mouvementĂ©) sur la pelouse du stade de Jean Bouin… Pas touche Ă  ma gogo sĂ»re.
Ni en Fed 1, ni en Fed 2 d’ailleurs.
CĂŽtĂ© Fed 2, le collectif a su intĂ©grer nouvelles et anciennes gorettes pour monter en puissance, et signer trois belles victoires d’affilĂ©e en milieu de saison – on retiendra, aussi, un match bien agitĂ© contre Parisis
 Visiblement, les gogos aiment le combat. Et cette annĂ©e, plus que jamais.
Pas de doute, le repos estival est bien mérité pour les XVistes.
Mais on a, toutes, déjà hùte de la saison prochaine !

Signé : les co-capitaines

 

 Les Cadettes de la section rugby du CollĂšge Iqbal Masih terminent Ă  la 3Ăšme place du championnat de France UNSS. Cela fait 3 podiums sur les 3 derniĂšres Ă©ditions avec 3 gĂ©nĂ©rations diffĂ©rentes pour les filles de Kevin Malithe. Bravo Ă  l’ensemble des filles (generation 2008/09) et au staff pour cette rĂ©gularitĂ© au meilleur niveau

Trophée des 30 - 10 juin 2023 - 17h30

20Úme trophee des 30 | 23Úme année

Depuis 2001, les jeunes de moins de 30 ans affrontaient les vieux de plus de 30 ans dans un match Ă©pique pour clore la saison, lors du « TrophĂ©e des 30 ». En cette annĂ©e 2023, l’Ăąge de rĂ©fĂ©rence est revue Ă  la baisse.

Le T30 est un match propre au Sporting Club Universitaire de France, imaginĂ© par Lionel Busson et Jean Marc Hanna, il est mis en place et organisĂ© par Florent Lazzerini Ă  l’issue de la saison 2000/01. Son objectif premier est l’aspect inter-gĂ©nĂ©rationel de l’évĂšnement. Il se dĂ©roule gĂ©nĂ©ralement au mois de juin pour clore la saison en cours.

Lors des saisons 2020 et 2021 le TrophĂ©e n’a pas pu se dĂ©rouler en raison de la pandĂ©mie de Covid19 qui a stoppĂ© les championnats. En 2022, le parcours des Ă©quipes Seniors a engendrĂ© un prolongement de la saison et le match n’a Ă©galement pas pu se tenir

En 2023, en raison du rajeunissement de l’effectif du S.C.U.F, l’ñge mĂ©dian est redescendu Ă  25ans sans que le nom de l’évĂšnement n’en soit modifiĂ©. C’est toujours le PrĂ©sident du SCUF Rugby qui dĂ©finit les Capitaines des deux Ă©quipes parmi les Seniors ayant Ă©voluĂ© lors de la saison en cours. Le 10 juin, aux alentours de 17h30, les « anciens », tenants du titre, seront conduits par Toto Vendrell. En face de lui les « jeunes » suivront les traces de leur capitaine Solal Allam.

Pour les joueurs nĂ©s lors de l’annĂ©e charniĂšre, c’est la date du match qui dĂ©finit dans quel groupe ils doivent Ă©voluer. Les capitaines sĂ©lectionnent leurs joueurs parmi les Ă©quipes seniors sans nombre limite, Ă  eux de se dĂ©brouiller pour que ce ne soit pas la kermesse sur le banc des remplaçants. Le Capitaine des « jeunes » se doit Ă©galement d’ouvrir sa sĂ©lection aux Juniors qui montent en Seniors

Le coup d’envoi est un moment choisi par le PrĂ©sident du SCUF Rugby pour mettre en avant un illustre scufiste. Ce dernier donne un coup d’envoi fictif et remet la coupe au capitaine victorieux

A ce jour, les « jeunes » ont remporté le T30 à 11 reprises, les anciens 7 fois et un match nul

Panthéon du Trophée des 30
AnnĂ©e Capitaine des +30 Capitaine des -30 Arbitre Coup d’envoi Score final
2001 Lionel Busson Florent Lazzerini Christian Pouliquen   05 – 05
2002 Lionel Busson Florent Lazzerini Jean-Pierre Petitet   05 – 14
2003 Lionel Busson Florent Lazzerini     11 – 10
2004 Lionel Busson Florent Lazzerini     07 – 10
2005 Yann Lavoir Gabriel Portier Florent Lazzerini   14 – 21
2006 Nicolas Keller Vincent Barbe Florent Lazzerini   25 – 30
2007 SĂ©bastien Chouraqui Olivier Maunoury Clement Chambaz   10 – 05
2008 JĂ©rome Riboulet Tanguy Gestin Florent Lazzerini Daniel Sampermans 08 – 18
2009 SĂ©bastien Lacaze Arnaud Martin JĂ©rĂŽme Jouclard Jean-Pierre Lebalch 39 – 17
2010 Julien Schwartz Jean-François Foucard Florent Lazzerini Jean-Pierre Petitet 20 – 28
2011 Laurent Boutalbi Thibault Roueff Florent Lazzerini Pierre Lidon et Pascal Poletti 32 – 17
2012 Denis Choquet Jean-Baptiste Gelis Florent Lazzerini Wladimir Hagondokoff 12 – 22
2013 Laurent Cottereau William Monin Florent Lazzerini Daniel & Thierry Bourrel 15 – 37
2014 Laurent ChabĂ© Kevin RiviĂšre Laurent Mendelssohn Laurent Laguerre 16 – 14
2015 Romain Sentout Germain TroublĂ© Laurent Cottereau Michel Demargne 34 – 33
2016 Pierre Le Garnec ClĂ©ment Le Garnec Laurent Mendelssohn Emmanuel Kassardjian 13 – 41
2017 Kevin Malithe Antoine Simon Laurent Cottereau JĂ©rĂŽme Riboulet, pour la 3 jeune de 2002 10 – 19
2018 Jean-Charles Diaz Mathieu Ruiz Arnaud Martin Anne Sampermans 40 – 60
2019 Julien BĂ©gu Ilan Tomasso Arnaud Martin Christian Pouliquen 41 – 38
2020 Pas de match en raison du covid 19
2021 Pas de match en raison du covid 19
2022 Pas de match    
2023  

Programme du juin 2023

🏉 EDR :

  • 10 juin : Tournoi Senlis
  • 17 juin : Tournoi Epernay
  • 24 juin : Tournoi RCP15

🏉 18Ăšme TrophĂ©e des 30 (20Ăšme annĂ©e) 10 juin 2023 _ 17h30

🏉 10 juin : FĂȘte du SCUF Rugby

Ecole de rugby

M10 - Le TOURNOI DES SYNTHETIQUES A CARPENTIER

Nos jeunes Scufistes de l’Ă©quipe 2 des U10 ont Ă©tĂ© conviĂ©s au second Tournoi des synthĂ©tiques de Pais de la saison 2022/2023 sur le stade du Massif Central (Porte de Choisy) tout comme les jeunes joueurs du PUC et de l’ASPTT. Une quadrangulaire donc Ă©tant donnĂ© l’absence du Stade Français et de l’Ă©quipe 2 du RCPXV. Nos jeunes joueurs ne sont pas perturbĂ©s par la programmation Ă  l’heure du dĂ©jeuner et rentrent trĂšs dĂ©terminĂ©s dans leur Tournoi. Les consignes sont clairement comprises Ă  savoir s’appuyer sur une solide montĂ©e dĂ©fensive en ligne en s’adaptant Ă  la position des attaquants adverses et plaquer sans coup fĂ©rir.En attaque ne pas se consommer dans les rucks et faire des passes Ă  des joueurs lancĂ©s. Le dĂ©marrage face Ă  nos hĂŽtes du Massif est somme toute Ă©quilibrĂ© mais un essai sur le gong de la premiĂšre mi-temps nous laisse avec un essai de retard (2-3). La premiĂšre mi-temps face au PUC est moins Ă  notre avantage avec Ă  nouveau un essai Ă  la derniĂšre seconde (1-3) face Ă  une plus forte opposition il est vrai. Les dĂ©briefs de fin de mi-temps sont nĂ©anmoins positifs de la part des Capitaines de mi-temps ainsi que des coachs car l’Ă©quipe entiĂšre adhĂšre et est prĂȘte Ă  renverser la vapeur sur les secondes mi-temps. La premiĂšre mi-temps face Ă  l’ASPTT se solde par un essai de plus que nos adversaires grĂące Ă  une dĂ©fense de fer (2-1). A noter que 2 essais ont Ă©tĂ© perdus en route (un aplati sur une ligne imaginaire 5 mĂštres avant l’en-but et le second « vendangé » sur un retour intĂ©rieur sur deux/trois dĂ©fenseurs alors que la ligne droite sans opposition s’offrait Ă  notre joueur, un bon apprentissage pour nos jeunes joueurs). La seconde mi-temps face au Massif est nettement Ă  l’avantage de nos Scufistes qui l’emportent 3-1, donc victoire finale 5-4. La seconde mi-temps face au PUC est trĂšs accrochĂ©e et l’Ă©quipe ne lĂąche rien avec beaucoup de solidaritĂ©, la mayonnaise a pris et elle est remportĂ©e 1-0, score final dĂ©faite 2-3 (avec l’essai de premiĂšre mi-temps sur le gong qui pĂšse lourd). La seconde mi-temps face Ă  l’ASPTT est cadenassĂ©e avec deux actions qui auraient pu aller Ă  dame et rĂ©vĂšlent un axe d’amĂ©lioration, la gestion de la derniĂšre passe Ă  son coĂ©quipier dĂ©marquĂ©, un nul 0-0 qui contribue Ă  une seconde victoire 2-1. 2 victoires et une courte dĂ©faite sont le reflet d’un beau dĂ©but d’aprĂšs-midi avec une Ă©quipe motivĂ©e, Ă  l’Ă©coute et de plus en plus connectĂ©e sur le terrain, de bon augure pour les Tournois de Mai et Juin


M8 - LE TOURNOI DES SYNTHETIQUES A Lenglen

Les M8 2016 au RCPXV MĂ©tĂ©o agrĂ©able (comprendre:non pluvieuse) pour ce plateau au RCPXV rĂ©unissant nos loulous Gabin, Adam, Achille, Elie, Alexis, Joseph et Charles face Ă  leurs homologues du RCP XV, du Massif et du PUC. RCP XV – SCUF –> DĂ©faite 6 Ă  7 SCUF – Massif –> DĂ©faite 8 Ă  10 SCUF – PUC –> DĂ©faite 7 Ă  11 Pour une fois votre serviteur ne va pas s’Ă©tendre Ă  dĂ©tailler chacun des matchs, pour la bonne et simple raison qu’ils sont tous du mĂȘme acabit: -> nos loulous dĂ©montrent de trĂšs belles choses en attaque, il est important de savoir que la grande majoritĂ© des essais marquĂ©s ci-dessus sont trĂšs collectifs, souvent Ă  2 ou 3 voire 4 passes, et c’est quelquechose de prĂ©cieux que nous allons cultiver. Les essais sont souvent marquĂ©s par Joseph, Achille, Gabin et Elie, et il faut noter 2 passes dĂ©cisives d’Adam qui est en trĂšs gros progrĂšs sur ce plateau. -> en dĂ©fense… et bien nous avons eu une dĂ©monstration de half-placage. Le concept en est simple, on ceinture on arrĂȘte le joueur…mais on ne le fait pas tomber. S’il faut on ajoute un copain pour aider -ce qui je le rappelle est interdit en M8- et on se retrouve trĂšs vite Ă  3 contre 4 avec les joueurs restants. L’adversaire n’a plus qu’Ă  envoyer sa fusĂ©e dans les espaces et le joueur dĂ©tenteur de la gonfle fait une offrande. Ceci explique que nos petits scufistes ont cultivĂ© la dĂ©faite encourageante sur leur 3 rencontres: nous n’encaissons pratiquement que des essais Ă  une passe, aprĂšs que le plus gros gabarit se soit Ă©lancĂ© milieu de terrain pour fixer la dĂ©fense (tactique adoptĂ©e notamment par le Massif et le PUC). Je nuance toutefois le propos pour Elie et Achille qui sont allĂ©s plus d’une fois au sacrifice, en particulier avec le « cas puciste » 😉 Alors le conclusion restera la mĂȘme: les loulous, au placage on ne peut rien de plus pour vous. C’est toi en face de l’adverdsaire, et il faut lui faire comprendre qui c’est le boss. MĂȘme s’il est plus baleze et surtout plus grand. Comme le disent souvent les Ă©ducateurs: « plus c’est grand plus ça tombe de haut ». On va continuer de travailler la technique… pour le courage pensez Ă  ne pas punir vos copains en laissant les essais adverses filer, et en tournoi pensez au trophĂ©e !!
Plateau M8 Equipe Black 2015! Une semaine aprĂšs avoir jouĂ© au RCPXV nous y retournons pour le plateau des « synthĂ©tiques ». Ce plateau regroupe les Ă©quipes parisiennes qui evoluent sur une surface en caoutchouc, le PUC, le RCPXV, l ASPTT, Le Massif et enfin le SCUF. Nous alignons une Ă©quipe de 2015 composĂ©e de Philippe, Leon, Leo, Sandro, Augustin, Octave et son cousin Hector nĂ© lui en 2016. Cette Ă©quipe sera dirigĂ©e par le voisin Roch. Premier match : SCUF vs RCPXV Ca dĂ©marre presque Ă  l’heure et nous commençons par jouer l’Ă©quipe locale. Les dĂ©bats sont plutĂŽt Ă©quilibrĂ©s, le RCPXV a quelques joueurs plutĂŽt au dessus individuellement et nous rĂ©pondons par un collectif plus huilĂ©. Les enfants trouvent des espaces mais notre dĂ©fense n’est pas assez agressive donc presque chaque attaque de nos adversaires se solde par un essai lĂ  ou nous avons quelques pertes de balles. Pour autant tous les enfants sont entreprenants et nous perdons le match de peu. Deuxieme match SCUF ASPTT : Nous commençons tres fort et avec plusieurs placages offensifs. Nous marquons et recuperons beaucoup de ballons donc remportons logiquement et assez largement ce match. Troisieme match SCUF PUC : Les pucistes marquent d’entrĂ©e et ont une equipe qui est bien plus experimentĂ©e que la notre. Nous n’arrivons pas Ă  rĂ©cupĂ©rer le moindre ballon en dĂ©fense et nos attaques se retrouvent souvent annihilĂ©es par des placages qui sortent nos enfants en touche. Pas photo le PUC remporte assez largement la rencontre. Quatrieme match SCUF Massif : Match non jouĂ© le Massif ayant une equipe de premiere annĂ©e et avait jouĂ© dans l’autre partie du terrain contre nos 2016. Apres midi mitigĂ©e, certains se sont revelĂ©s ou ont eu des comportements surprenants d’autres etant moins Ă  leur avantage. Quoi qu il en soit tout le monde a progrĂ©ssĂ© et ce type de plateau permet d’engranger de l’experience.

M6 - LE TOURNOI DES SYNTHETIQUES A Lenglen POUR UNE PREMIERE

Nos petits M6 se retrouvent sur la pelouse du Stade Suzanne Lenglen pour leurs premiers matchs de leur vie rugbystique naissante. Nos joueurs arrivent avec un sourire qui en dit long sur leur envie de jouer contre d’autres Ă©quipes. L’Ă©quipe est constituĂ©e d’Henri, Gaspard, Zacharie, Ethan, Balthazar, Robin, Tom, Augustin et Basile. Ils seront opposĂ©s aux Ă©quipes du RCPXV, Massif centra, PUC et ASPTT. Nous commencçons par un Ă©chauffement en effectuant un touchĂ© 2 sec.

Match 1 : SCUF – RCPXV : 3-2

Nos jeunes pousses dĂ©marrent le match en marquant le premier essai aprĂšs 2 passes. Le soutien est lĂ . Les enfants cherchent les copains aprĂšs avoir Ă©tĂ© touchĂ©. Un manque de main en panthĂšre fait perdre quelques ballons que les adversaires arrivent Ă  exploiter. En dĂ©fense, nous sommes encore dĂ©sordonnĂ©s mais cela va venir. Nous gagnons le match par le score de 3-2. En axe d’amĂ©lioration, la dĂ©fense, la rĂ©ception du ballon et les limites du terrain que ce soit au niveau  des lignes de touche ou des lignes d’en-but.

Match2 : SCUF-Massif central : 0-4

Lors de ce deuxiĂšme match, les loulous sont moins agressifs en dĂ©fense et moins concentrĂ©s. Cela se traduit par 4 essais marquĂ©s par une belle Ă©quipe du massif. Le score aurait pu ĂȘtre moins large si notre enthousiasme aprĂšs avoir franchi le rideau adverse ne nous faisait pas aplatir avant ou aprĂšs la ligne d’en-but (3 essais loupĂ©s). Un dĂ©brief du match est fait par les Ă©ducateurs pour leur indiquer les points Ă  amĂ©liorer.

Match3 : SCUF-PUC : 3-1

Pour ce troisiÚme match, nous voyons une horde scufiste qui  vient harceler son adversaire  qui se trouve complétement déboussolé par ses assauts collectifs. Résultat nos petits noirs et blancs prennent le dessus et marquent par 3 fois. Les enfants ont compris que la montée défensive permet de récupérer le ballon et de marquer. En attaque, les loulous cherchent les copains. Il nous reste a bien travailler les limites du terrain au niveau des touches.  Victoire 3-1

Match 4 : SCUF-ASPTT : 4-1

Ce quatriĂšme et dernier match dĂ©marre par un peu d’attentisme de nos loulous pour s’habituer Ă  l’arbitrage un peu loufoque. Passer ce temps d’adaptation,  une vague noire et blanche dĂ©ferle sur les joueurs de  l’ASPTT. Nos petits scufistes marqueront 4 fois avec des essais Ă  plusieurs passes.

Bravo. Ce fut un trĂšs bel aprĂšs-midi avec de beaux matchs et de belles attitudes à  polir dans les prochaines annĂ©es. Tous les loulous ont marquĂ©, dĂ©fendu, fait des passes et avancĂ©. En axe d’amĂ©lioration, nous avons la rĂ©ception des ballons et les limites du terrain. Nous allons travailler cela Ă  l’entrainement pour revenir encore plus fort. Vos Ă©ducateurs sont trĂšs fiers de vous. Pour une premiĂšre c’Ă©tait vraiment super. 

Les Arbitres du Club

Le S.C.U.F compte 5 arbitres licenciés. Certains étaient, eux aussi, sur les phases finales


Date Arbitre Division LOCAUX VISITEURS Commentaire
Dimanche 14 mai Laurent COTTEREAU Fédérale 3 (arbitre assistant 1) Blois : 3 Trignac : 13 Match tendu qui a tardé à démarrer
Ronan GOUHENANT Fédérale 2 Le Havre : 49 Dole : 14 Un match à sens unique jusqu'à la 73Úme

la chronique de jean - Le scuf en fanfare

Ils jouent si bien que ça ces scufistes…? La question Ă©tait posĂ©e avant ce week end, mais depuis notre jugement est confortĂ© par ce sĂ©jour Ă  Stratford.

Nos cyclistes, et avec eux la ROSE CUP, et Lazz arrivĂšrent Ă  Pearcecroft, fatiguĂ©s, Ă©reintĂ©s, fourbus mais satisfaits et porteurs de la fiertĂ© scufiste. Ont-ils donnĂ© la vigueur et son intensitĂ© Ă  tous ? Certainement et nous fĂ»mes baignĂ©s par une chaude amitiĂ© scufiste, heureux d’ĂȘtre ensemble. Le week-end pouvait commencer, nous allions faire bloc et rĂ©pondre Ă  tous les assauts anglais. Et si entre nos deux clubs le rugby est un jeu, mais oĂč on ne se moque pas tout Ă  fait de l’enjeu, et la ROSE CUP nous en rappelle tous les bienfaits et les exigences, et si le rugby est un jeu William Webb Ellis l’inventa pour sa joie et la forme qu’on donna plus tard au ballon est un hommage permanent Ă  la fantaisie, au saugrenu, au farfelu. A l’image du Samedi 13 mai oĂč nous verrons bien les jeunes scufistes et anciens en fĂȘte(?) cabriolant, tournoyant, virevoltant, du rire plein leur Ăąge. Mais qu’allaient faire donc, en face d’eux, ces Anglais, dont les gĂ©nĂ©rations de gentlemen Ă  moustaches perdus dans leur brouillard ont vantĂ© leur force et le sens du dĂ©fi.

La premiĂšre rencontre entre les « LEGENDS » de Stratford et les « VIEUX COCHONS « du SCUF fut d’une haute intensitĂ© et de grande bravoure de part et d’autre. Le rugby est un jeu trop fou que les circonstances et les Ă©lĂ©ments conditionnent trop impĂ©rieusement pour qu’il s’accommode de plans prĂ©Ă©tablis. On dĂ©cide qu’on va Ă  Pearcecroft attaquer en fanfare. Face Ă  la force anglaise, aux ruĂ©s monotones mais Ă©reintantes, ils n’avaient pas compris que ces « vieux cochons » avaient dĂ©cidĂ© qu’ils ne se coucheraient que morts. Et sur ce terrain, on vit dix fois, vingt fois les scufistes se jeter sur ces anglais, Ă©largir le champ de jeu, faire courir assez vite la balle, essouffler nos adversaires. A la limite de la rupture le sifflet de l’arbitre mit fin au match, les » Vieux Cochons » avaient gagnĂ© 32-31…! Leur joie Ă©tait notre, et tout le club est en liesse. Belle tenue de tous et grand bonheur…!

Puis vint le match de la ROSE CUP, les deux Ă©quipes prĂ©tendaient l’emporter, Ă©taient trĂšs concentrĂ©es et prĂȘtes Ă  en dĂ©coudre. Les anglais imposaient l’Ă©preuve de force, nos avants chahutĂ©s, une mĂȘlĂ©e instable. Tout prĂ©sageait une issue douloureuse, mais les scufistes en avaient dĂ©cidĂ© autrement, l’Ă©quipe ne faisait qu’un, chacun se sacrifiant pour l’autre, on mourra ensemble ou on vaincra ensemble. Ce fut une belle partie oĂč chacun voulait la Rose Cup, le j’eu s’emballa en faisant gicler le ballon des mĂȘlĂ©es, en le faisant voler, en dĂ©routant, dĂ©marrant, dĂ©marquant par le galop, l’esquive, les feintes et le contre pied. Les scufistes en marquant leurs essais, quelle leçon de construction immĂ©diate, d’Ă©lans bien tempĂ©rĂ©s. Quelle gaietĂ© sĂ©rieuse dans les gestes et quelle profusion dans la course. Quel final avec ses deux derniĂšres mĂȘlĂ©es sous nos poteaux gagnĂ©es de haute lutte par nos vaillants scufistes…!!

Étant en terre shakespearienne, il y a un mot dans la langue anglaise pour le dĂ©crire : celui de gallantry qui n’a rien Ă  voir avec la stratĂ©gie amoureuse, ni d’ailleurs avec la stratĂ©gie tout court mais qui se rapporte Ă  l’esprit d’aventure et de risque librement pris, c’Ă©tait le SCUF sĂ©duisant et vivace ce 13 Mai.

victorieux 36-32, il est impossible d’isoler un nom de soliste dans cet allĂ©gro collectif. Ce fut un bien bel aprĂšs-midi, la Rose Cup partait vers Paris et nous accueillerons nos amis l’an prochain Ă  Max RousiĂ©. A nous d’organiser les rĂ©ceptions
et ainsi poursuivre cette rencontre qui marque tant les esprits que les coeurs.

La rĂ©serve a terminĂ© sa chevauchĂ©e en 1/4 de finale, beau parcours pour cette Ă©quipe jeune et talentueuse, qui fait honneur au scufisme. Et pendant ce mois de Mai l’Ecole de Rugby, source de la vie scufiste, parcourt les Tournois et porte haut les couleurs « Noir et Blanc. Certains peuvent se moquer. Pas nous car le parcours des Ă©quipes est la victoire d’un club qui n’est pas celui d’une grosse entreprise oĂč on exhibe des monstres sacrĂ©s, mais d’un club oĂč l’on joue d’abord et depuis cent vingt sept ans pour son plaisir.

La phrase de Daniel Hossard nous revient : » Le SCUF n’est pas un club, c’est un Ă©vĂ©nement Ă  lui tout seul, et c »est son secret. Les retrouvailles permanentes d’une famille qui ne demande qu’Ă  s’agrandir. Mais pas Ă  n’importe quel prix toutefois. »

Un vent de fraĂźcheur et de jeunesse souffle sur le Club, nous viendrons nombreux Samedi 10 juin Ă  la fĂȘte du rugby noir et blanc saluer et complimenter les troupes scufistes, apprĂ©cier le choc des gĂ©nĂ©rations avec le « TrophĂ©e des 30 » et que la fĂȘte continue…..

Scufistement

Jean Hospital

La SCUFORD Cup - La "Rose Cup" du Golf

La Perfide Albion a encore frappé !

C’est sur le terrain de Golf de STRATFORD on Avon, qui a eu comme prĂ©sident Sam RYDER le fondateur de la RYDER CUP, que nous avons rencontrĂ© l’équipe de STRATFORD pour la compĂ©tition de Golf dĂ©sormais habituellement programmĂ©e lors du week end de la ROSE CUP.

Ce vendredi 12 mai 2023, pour défendre la « SCUFORD CUP » que nous détenions depuis 5 ans, nous étions 8 scufistes, anciens rugbymen répartis en 4 équipes de double pour affronter nos amis de STRATFORD pour 4 matches

Alors que nous dĂ©fendons depuis le dĂ©but une compĂ©tition qui se veut « par Ă©quipe » en Match Play (trou par trou) et en choisissant la meilleure balle Ă  jouer pour chacun des Ă©quipiers (scramble) ce qui permet d’égaliser un peu les chances, nos amis britanniques ont dĂ©cidĂ© de changer ces rĂšgles en proposant une formule individuelle oĂč chacun joue sa propre balle en Match Play et oĂč les index (handicaps) des joueurs sont dĂ©terminants pour le rĂ©sultat surtout que leurs index Ă©taient infĂ©rieurs aux nĂŽtres donc plus favorables pour eux.

L’équipe de Golf du SCUF :
Si Jean-Marc HANNA et Thomas SCHWARTZ ont pu vaincre leurs adversaires, les autres Ă©quipes scufistes n’ont pas rĂ©ussi Ă  surpasser leur handicap.

Nos autres équipes étaient représentées par :
Wladimir HAGONDOKOFF – Jean-Louis SIMON
Jean-Louis IGARZA – Bertrand JENNY
Maxime HOSPITAL – Jean-Luc MILHORAT

A l’issue de la partie nous nous sommes tous retrouvĂ©s dans un bar Ă  Tapas tenu par un Irlandais pour la proclamation des rĂ©sultats. Quelle ne fĂ»t pas notre surprise lorsqu’ils ont annoncĂ© qu’ils avaient remportĂ© la CUP par 5 victoires Ă  1 en nous expliquant, le sourire aux lĂšvres, qu’il y avait 2 autres Ă©quipes de Stratford qui avaient rencontrĂ© 2 autres Ă©quipes du SCUF reprĂ©sentĂ©es par des joueurs de Stratford et qui avaient aussi perdu leurs matches.

AprÚs quelques palabres et force Tapas et boissons diverses, le score final a été acté à 3 victoires à 1.

La remise de la CUP s’est faite le dimanche lors du repas final dans le Club House de PEARCECROFT.

L’an prochain, nous attendrons de pied ferme nos amis britanniques avec des rĂšgles plus adaptĂ©es au jeu d’équipe.

Le calendrier de la saison

Toutes les catégories, tous les matchs !

La boutique du club

Commande et paiement en ligne – Stock garanti – Retrait gratuit en boutique (40 Rue Saint-Jacques, 75005 Paris) ou Livraison à domicile pour 5€ (gratuite à partir de 150€ d’achat) – Boutique en ligne ouverte du 1er au 5 de chaque mois jusqu’en juin.

Votre soutien est toujours primordial pour mener nos actions (66% de rĂ©duction d’impĂŽt sur le revenu & 60% sur l’IS)! MERCI d’avance!