Scuf
Rugby

logo scuf mag

N° 330

|

12 mai 2022

Sommaire

Les résultats
du weekend

L'édito du président

Julien
Schwartz

En revoyant sur les réseaux sociaux toutes les photos et les vidéos des joueurs à l’occasion de la victoire de l’équipe Réserve séniores en Finale du championnat IDF ce week-end ainsi que celles des joueurs de l’équipe première en tribune les soutenant, nous réalisons que cette saison fut la victoire de la jeunesse.

Une jeunesse pour une bonne partie issue de la formation SCUFISTE. Avec des beaux groupes de copains qui jouent ensemble depuis longtemps

Cette formation se porte bien et porte ses fruits en alimentant de manière significative les équipes séniores et notamment l’équipe première. Nos cadets et nos juniors, quant à eux, ont frôlé les places qualificatives.

Cet objectif sportif du club a été atteint grâce notamment au travail de structuration de notre directeur technique J. Pienkowski mais aussi grâce au travail accompli sur plusieurs saisons par nos éducateurs et nos bénévoles. Ils peuvent être fiers de ce résultat et nous leur en sommes très reconnaissants .

Bien sûr rien ne reste acquis et nous pouvons toujours nous améliorer. Mais ce constat marque une étape importante dans le cap que s’est fixé le club depuis 3 saisons : former le plus possible ses joueurs séniors.

Après ce Week-end qui restera dans l’histoire, le week-end qui vient fait place à une histoire, tout aussi illustre, celle de la Rose Cup, trophée opposant depuis 1905 le SCUF à un de ses adversaires favoris, le club de Stratford Upon Avon, la ville de Shakespeare, avec comme enjeu la Rose cup.

C’est un évènement rugbystique et convivial majeur de la saison. remporter ce match qui nous échappe depuis 2016 (non mais !) clôturerait en beauté une saison quasi-parfaite.

Nous vous y attendons nombreux sachant que Stratford viendra en plus avec son équipe de vétéran les Olds Legends qui pour certains arrivera en vélo, pour défier notre équipe des Vieux Cochons pour un match en lever de rideau qui promet d’être comme d’habitude débridé.

Bonne lecture

Séniors 2 - La reserve decroche le titre

S.C.U.F. 37-00 montesson

La B du SCUF est arrivée en finale avec un parcours honorable et des victoires probantes en phases finales IDF. Un premier match de la saison perdu vs les anciens de la VGA & une défaite en janvier à Montesson justement, où nous nous étions rendu avec beaucoup trop de prétention et de suffisance, étaient les deux seuls faux pas de la saison. Le ¼ et la ½ ont été rondement mené avec des victoires acquises assez tôt dans la partie. Il faut dire que les oppositions étaient de faible qualité !

Après l’épisode du recours (pour monter à notre place en Fed3) déposé par nos adversaires du jour qui contestaient la vérité du terrain, nous avions tous à cœur de venger l’affront et de rendre justice sur le rectangle vert.

La préparation fut studieuse la semaine et presque « professionnelle » le matin de la finale avec petit déjeuner sportif, timing respecté, chauffeur à l’heure et qui sait où il va, tellement « pro » que nous en avons oublié les bières pour le retour…

Le vestiaire préparé avec soin par M. Le Secrétaire Général, les bouteilles d’eau individuelles installées devant nos maillots sur cintre, table de massage, t-shirts pour l’occasion, une nouvelle mascotte à poil roux, tous ces détails témoignaient que ce n’était pas être un dimanche comme un autre mais bien une FINALE ! La première pour certains et probablement la dernière pour d’autres… !

Le « RC Poivrot » (les « houligans » de la 1ère) était en nombre en tribune et donnait de la voix dès l’échauffement ! Certains dons 3 « légendes » de l’épopée 2015 étaient venus en direct du Pouce aux Crimes pour nous supporter. La bataille des tribunes a aussi été remportée !

Notre Gérard était de bonne humeur et déconneur comme pour cacher une certaine pression.

Echauffement appliqué, passage au vestiaire pour mettre le moteur à température, sortie par un long couloir et puis le coup d’envoi pouvait être donné sur le terrain officiel du Stade Jean-Paul David, de Mantes-la-Jolie à l’horaire inhabituelle et inappropriée de 10h.

Réception propre et clinique, occupation du camp adverse, le SCUF démarre parfaitement à l’inverse de Montesson qui gamberge et subit logiquement. La furia scufiste est vite récompensé : 3-0, 6-0 enquillé par Beyne alors que nous jouons la 7ème min. La bataille des rucks est très vite gagnée aussi. Un premier essai est inscrit à la 17ème par notre corrézien, après une belle course de soutien venant conclure un beau mouvement collectif et une percée d’Enzo : 11-0. La conquête est propre et nos ¾ jouent bien, seule notre indiscipline les maintienne dans la partie à l’image de Diaz qui comme à la maison, se fait punir et laisse ses coéquipiers à 14.

Les bleus et jaunes se réveillent et occupent notre camp mais préfèrent aller en touche plutôt que de prendre les points : la bonne méthode pour rester Fanny !

Après un coup de mou, la réserve scufiste accélère à nouveau et obtient une pénalité sur les 22m adverse entre la ligne des 15 et 5m ; après un bref conciliabule, nous optons pour la touche pour ce qui sera un premier tournant du match ! La touche est propre, un maul s’enclenche bien et verra Paul Belliard valider le beau travail collectif bien révisé le jeudi.

Mi-temps 18 -0, il est 10h45, l’heure de la messe mais celle de cette finale est presque dite !

En effet, sur le coup d’envoi de ce deuxième acte, les « banlieusards » chers à notre CLG se lancent dans une attaque suicidaire et perdent le ballon sur un contre ruck à l’orée de leur 22m. Antoine Perennou, qui la semaine d’avant a découvert qu’il avait le droit de faire des passes, écarte tel un vrai 9, Enzo transperce (c’est presque un pléonasme sur ces phases finales) et décale Raphaël Bizos qui file le long de la ligne aplatir en coin ! Le cousin du Yach transforme et sonne quasiment le glas des espoirs montessonnais, qui cette fois, ne pourront pas s’en remettre à Thierry.

Quentin rentre 5min et ressort se reposer 10min surement par solidarité avec JC car lui aussi à l’habitude d’être puni !

La seconde mi-temps est plus décousue et verra Antoine Battini, tout frais de la veille et à l’heure, inscrire un bel essai sur une percée tranchante !

Pinon quelques minutes après son entrée conclura les hostilités par un bel essai, en étant au soutien de notre pilier n°8 Rumin qui envoie valser du bleu et jaune avant de faire une « passe piston » pour son demi de mêlée.

Le terrain a rendu son verdict sur le score sans appel de 37 – 0, nos réservistes sont champions IDF 2022 !

S’en est suivi une très belle réception au Club House, plancha bœuf légumes, avec à la baguette notre Pierrot, héros du jour bien secondé par Laurent L, Lionel, Miguel, sans oublier notre tenancier, Christian !

Une belle et savoureuse journée de rugby qui restera longtemps dans nos mémoires !

Place désormais au 1/16e ce dimanche 15 mai 13h à Amiens contre Lille Métropole Rugby, champion Haut de France, coriace adversaire qui n’a perdu que 2 fois cette saison !

L Chabé

 

  • S.C.U.F : 5E (Beyne – Belliard – Bizos – Battini – Pinon) 3T et 2P (Beyne)
  • Montesson : 0E 0T 0P

Diaz (30′) Bayard (52′)

Remplaçants

16 Q. Bayard 17 F. Aubry 18 A. Tassel 19 A. Battini 20 A. Pinon 21 B. Raoult 22 A. Castille

Ils ont tous évolué au moins une fois avec la  Réserve : Nordine Addi – Esteban Goery-Mayo – Marc Alvarez – Alvaro Herrera-Masurel – Mohamed Attia – Gautier Hilfiger – Fabien Aubry – Mael Lancien – Antoine Battini – Noé Lefebvre – Quentin Bayard – Alexis Lefrançois – Gaetan Beaud de Brive – Joris Louge – Tanneguy Beaud de Brive – Antoine Manicacci – Julien Bégu – Grégory Martinez – Paul Belliard – Lucas Migrenne – Pierre Beyne – Victor Mouillet – Gabriel Bizos – Antonin Pagnier – Raphaël Bizos – Lionel Peltreau – Iago Bornens – Antoine Perennou – Alban Bremer – Hilaire Pérrée – Lazare Brezillon-Dubus – Stanislas Philipon – Mathys Briand – Aurélien Pinon – Augustin Castille – Alexandre Piron – Laurent Chabé – Rémi Pruvost – Tom Chaurand – Romain Quedreux – Loup Chaurand – Sean Rams – Enzo Chenivesse – Benjamin Raoult – Pierre Chevalier-Chantepie – Alix Revert – Jérésime Cottrez – Jules Robert – Alexandre Coutaud – Julian Rondel – Romain Coville – Matthieu Ruiz – Antoine Crillon – Louis Rumin – Gaston Decremps – Joseph Saddier – Simon Desforges – Arthur Tassel – Jean-Charles Diaz – Sami Thih Thih Belabed – Baptiste Duny – Ilan Tomasso – Quentin Dupont – Germain Troublé – Pierre Fihey – Clément Verdié – Gaspard Fournié – Léo Vérillac – Cyprien Fournié – Tom Vincent – Nicolas Witt
Sans oublier l’encadrement : Arnaud Martin, Yaelle Rodriguez, Vincent Mancusi, Grégoire Join et Gérard Potier

 


 

Séniors 1 - la saison s'arrête en demie

1/2 Finale IdF : aulnay s/ bois 32-16 S.C.U.F

C’est sans son capitaine Mowgli et les robots Le Gac et Beaud de Brive, tous 3 tombés au combat contre GIF dimanche dernier, que le S.C.U.F se présente à Aulnay pour jouer cette demi-finale. Le chauffeur de bus a encore pris un itinéraire douteux, le temps est ensoleillé : tout est réuni pour un beau dimanche de rugby. 

Sous les ordres du capitaine intérimaire Rémi Pruvost, revenu tel le messi à la mi-saison, le S.C.U.F entame le match avec une intensité folle. Mené par la baguette du maestro Labarre qui dicte le tempo, le S.C.U.F étouffe Aulnay sur le premier quart d’heure du match en alternant du jeu au large et au proche. Sur ce temps fort, le S.C.U.F ne passe pas la ligne d’essai mais concrétise au pied, le score tourne à 3-6 pour les noirs et blancs. 
Aulnay se rebiffe et parvient à marquer un essai, ce qui n’affole pas les Scufistes qui remettent une pénalité : 8-9 pour le S.C.U.F. Malheureusement, l’intensité Scufiste baissant, la densité physique d’Aulnay fait la différence et un essai à la dernière minute de la première mi-temps amène le score à 15-9 en faveur d’Aulnay. 
 
Le coup est dur pour les Scufistes et dès le début de la seconde période Aulnay enfonce le clou : essai et 22-9 pour les locaux juste avant que le S.C.U.F perde son maître à jouer Labarre sur blessure. 
 
La suite du match est un peu décousue (comme le menton de Tann Beaud de Brive), mais sur une touche sur ses propres 22, le S.C.U.F enclenche une séquence de jeu de plus d’1 minute. Prises d’intervalles, passes après contact et alternance : le S.C.U.F remonte le terrain sur 80 mètres et après une dernière charge du troisième ligne Belabed stoppé à quelques centimètres de la ligne, le demi de mêlée Pinon écarte sur Alvarez, replacé à l’ouverture, qui n’a plus qu’à applatir. Ce dernier transforme l’essai et parachève son 100% au pied sur ces phases finales. 22-16, ce seront les derniers points du S.C.U.F
En effet, l’espoir d’une remontada est vite douché par les locaux qui marquent quasiment sur le coup d’envoi, 29-16 puis 32-16 après une dernière pénalité. 
 
 
L’aventure s’arrête ici pour le S.C.U.F. La déception est présente mais les noirs et blancs n’ont pas à rougir de leur match et encore moins de leur saison. 
L’objectif était clair : monter en Fédérale 3
Le chemin fut sinueux mais nous y sommes, le S.C.U.F jouera bien en Fédérale 3 la saison prochaine. Il faut évidemment féliciter les joueurs, mais également les coachs pour le travail qu’ils ont fait pour redonner le goût de la victoire à ce club, et pour finir les dirigeants pour les moyens qu’ils ont mis à disposition pour atteindre cet objectif. 
 
Mais la saison n’est pas terminée, et tout le club va continuer de vibrer derrière l’équipe réserve qui s’en va en conquête du Championnat de France. 
La réserve aura besoin du soutien de tout le club, notamment celui des ultras du RC Poivrot, bien déterminés à pousser cette équipe au sommet. 
 
Vive le SCUF ⚫⚪
 
Marc Alvarez
 

Féminines + de 18 clap de fin...

SCUf-porc 20-38 Lille | 18ème journée Fédérale 1

Dimanche 8 mai, les Gorettes recevaient les Lilloises à la maison pour leur dernier match de la saison. Une journée très chaude, animée par nos supporters du Scuf et du Porc nombreux et très présents en tribunes, où les water break furent bienvenus !

L’attaque Lilloise commence fort. Elles occupent nos 22 mètres dans les premières minutes du match et y campent un certain temps. Nous faisons un gros travail de défense et parvenons à les empêcher d’avancer. La 10ème minute concrétise l’intensité des Lilloises, elles ouvrent le score. On retourne au combat vaillamment, on sent qu’on joue à armes égales et qu’il n’y a pas de raison de ne pas aller planter notre premier essai rapidement. Quand on a le ballon, on avance, on les fait douter, on les pousse à la faute.

C’est à la suite d’une pénalité jouée rapidement par nos avants que Juliette Castra se faufile comme une fusée dans la défense adverse et marque le second essai de la rencontre, transformée par Blandine. 7-7 à la 20ème.

La première mi-temps se déroule de façon très serrée. Ça joue beaucoup au pied côté Lilloise, avec une 15 très à l’aise sur les coups de pieds longs. Pas de quoi inquiéter notre 3ème rideau, on remonte vaillamment le ballon. On gagne une pénalité, 3 points de plus pour les Gogos, puis on se prend un nouvel essai. Les mêlées sont rudes, les placages un peu trop hauts, l’arbitre sort Juliette Sorret à la 35ème sur un soi-disant en avant volontaire, que nous contestons mais la décision est prise. On respecte l’arbitre et on lui signale cependant notre version. 5 minutes à 14 contre 15 puis la mi-temps est sifflée. Score 10-12.

Les coachs nous félicitent et nous mettent en garde, on le tient ce match, il n’y a pas de quoi s’inquiéter mais il ne faut pas lâcher, elles sont coriaces ces Lilloises, elles gagnent du terrain au pied, on doit retourner chez elles. Elles jouent beaucoup en petites passes au ras dans les deux sens, en pick and go en se servant de leurs joueuses les plus costaudes, il va falloir se baisser et surtout monter plus vite, ne pas les laisser jouer. On repart avec détermination.

Un peu de zèle de notre capitaine a raison d’elle et elle sort sur carton blanc. On joue 5 minutes à 13 contre 15 pendant lesquelles on se prend malheureusement un nouvel essai, pilonnées par l’attaque lilloise au ras. On décide de jouer beaucoup plus au pied, de retourner dans leur camp, et ça fonctionne. On récupère des ballons, on lance de belles attaques. Les passes prises par des joueuses lancées dans les intervalles se multiplient. On alterne bien notre jeu, on les met en danger. La 3 adverse sort sur carton jaune pour placage haut. On marque à la 50ème minute du match « le plus bel essai de la saison » d’après nos coachs : un ballon qui fuse de mains en mains au ras, porté par nos avants, ballon qui sort par la charnière proprement, avance, repasse par le sol, ressort rapidement de mains en mains chez les ¾ qui fixent et donnent, pour finir sa course dans les mains de Léopoldine placée à l’aile qui aplatit. On est très fières de nous. On travaille ensemble, on avance et on ne lâche rien.

La bataille est rude, on perd quelques joueuses sur blessures au fur et à mesure de cette deuxième mi-temps, heureusement notre banc est solide. Malgré tout, l’intensité des Lilloises, quelques erreurs stratégiques et une certaine fatigue physique de notre part a raison de nous dans les 20 dernières minutes du match. On remet 3 points sur une pénalité mais on encaisse trois essais supplémentaires, dont un à la dernière action du match, qui creusent l’écart. L’arbitre siffle la fin du match après la transformation réussie de la 15 adverse. Score final : 20-38.

Il y a des rencontres dont on sort perdantes mais avec le sourire, conscientes d’avoir livré une belle bataille face à un adversaire meilleur que nous pour l’instant. Ce match en faisait partie. Nous avions la tête bien haute, fières de notre engagement et des progrès réalisés pendant une saison de reprise post-covid difficile, qui promet une très belle continuation car on se soude aussi (surtout ?) dans la difficulté ! On se voit en septembre pour la suite de nos aventures en Fédérale 1 et 2.

  • SCUF/PORC : 2E 2T 2P
  • LILLE : 6E 4T

 

Diapositive précédente
Diapositive suivante
La composition :

1. Coline André 2. Juliette Giraud 3. Rose Gammel 23. Léopoldine Bauer 5. Anne-Sophie Dubey 6. Jeanne Dall’Orso 8. Inès de Baynast (Cap) 7. Juliette d’Humières 9. Lily Colombet 10. Juliette Minne 11. Camille Biernat 12. Blandine Freté 13. Elsa Devidas 14. Juliette Sorret 15. Alexandra Favard 16. Wendy de Horta Pereira 17. Eglantine Olivry 18. Enora Ceret-Lartigues 19. Anaelle Nourri 20. Capucine Epagneau Domenach 21. Bethany Rendall 22. Meissa Allali

 

Féminines - de 18 - LEs filles en quart !

Bobigny-Pantin-Scuf 34-07 blagnac | 8ème finale chpt france

Au sein de l’entente, 4 filles du S.C.U.F évoluent au plus haut niveau de leur catégorie. Il s’agit de la talonneuse Cathy Cisse Joubaily, de la demie de mêlée Salimata Tandiang, de l’arrière et capitaine Hawa Tounkara, et Niagalé Mahamadou. A noter que Aby Traoré, titulaire indiscutable, s’est gravement blessée il y a mois avec une rupture des croisés…

Le huitième de finale s’est déroulé sur terrain neutre, à Bellac (87). Les filles ont dominé leur adversaire du jour en marquant un essai dès la 8ème minute du match. Quatre autre essais suivront et cela aboutira à une victoire nette 34-07

Ce succès les conduits à affronter le Stade Rennais au Mans ce dimanche 14 mai. Une équipe qu’elles ont battu à domicile (35-22) et contre qui elles ont chuté à l’extérieur (25-17). Balle au centre…

ROSe cup - depuis 1905...

des histoires de rose cup : s.c.u.f Vs stratford rfc

Cette rencontre excite toujours les esprits, chaque match donne des émotions nouvelles ; elle perpétue une belle tradition unique en son genre dans le rugby français.

1966

C’est un trésor pour le S.C.U.F qu’il faut absolument préserver et perdurer. Tous les présidents de Stratford et du SCUF ont œuvré pour cette rencontre. Ils ont transmis à chaque génération le souffle et la magie de la Rose Cup. Chaque joueur est désireux de fouler Pearcecroft, ce terrain où certains connurent des défaites cinglantes, et d’autres des victoires glorieuses, mais tous sont atteints par la fièvre de la Rose Cup se promettant de reprendre ou de garder celle ci. La vie de la Rose Cup ne fut pas toujours un long fleuve tranquille, elle connut des hauts et des bas en fonction de situations financières difficiles ou de qualifications, cela se vérifia des deux côtés du Chanel mais les équipes dirigeantes avec les présidents successifs se firent un devoir et un honneur de perdurer cette Cup.

(Re)Naissance du trophée

A partir de 1955 la mise en jeu de la Coupe en argent donné par Sonny Rose donna l’élan nécessaire pour son avenir, du côté français le Docteur Martin et son épouse Yvonne déployèrent tous les efforts pour enraciner cette amitié qui n’allait pas faiblir au fil des ans. Les réceptions étaient fastueuses, le match devint un duel viril et très disputé, le sommet de la saison. Le championnat devenant secondaire la sélection était rude pour participer à cette rencontre, il est vrai que Stratford alignait une des meilleures équipes des Midlands commandée par un capitaine de feu, Tony Bird.

Grande fut la victoire du S.C.U.F à Stratford en 1965 pour le cinquantenaire de la Rose Cup, les « Noir et Blanc » se révélaient à un haut niveau et obtenaient la considération de leurs hôtes. La réception avec passage au Town Hall fut somptueuse. L’année suivante, le Scuf retourna à Stratford et fit match nul, exceptionnellement 2 années de suite à Pearcecroft.

Les années 60

En 1967 Stratford vint à Paris, le Docteur Martin assura l’accueil mais l’ambiance n’était pas là, sous la cendre de l’unité la braise de la désunion était vive au Scuf, « les rénovateurs » ne participant à aucune manifestation. Les relations entre les deux clubs furent quelque peu distendues, et Stratford reporta l’accueil du Scuf à Septembre 1968, ce fut le début du renouveau. Le Président Bernard Jodelet confirma la continuité de la Rose Cup, le Président Tony Bird de même, annihilant ainsi l’OPA d’un club de la banlieue parisienne au grand air…… La réception d’Avril 1969 à Paris fut des plus réussies, 3 jour de fêtes, les joueurs logés chez les scufistes, un bal, la terrasse Martini, 3 buffets et un grand banquet de 130 personnes au restaurant de la Tour Eiffel . Une grande organisation avait été mise en place recueillant le volontariat obligatoire de chaque scufiste. Nos stratfornians étaient conquis et l’amitié « deep rooted ».

1977

 

La rencontre s’incruste dans les coeurs

Au cours des années suivantes la rencontre s’incrusta de plus en plus dans les coeurs, tout grand événement était partagé par les deux clubs ainsi quelques grandes dates jalonnèrent l’histoire. En 1977 centenaire du Stratford Rugby Football Club 1877-1977. Une soixantaine de Scufistes font le déplacement, 2 équipes jouent, les Anciens en lever de rideau, puis le grand match où les scufistes réalisent un grand match et battent une équipe de Stratford très armée, soulevant les applaudissements du coeurs public fort nombreux. Rarement nous vîmes une équipe scufiste aussi talentueuse et jouer un si grand rugby. Les relations s’approfondirent avec le merveilleux déplacement des jeunes le 1er Mai 1987 à Stratford, 60 benjamins, minimes, cadets vont jouer à Pearcecroft et goûter les délices du rugby anglais. Ce déplacement organisé par J-L Igarza, directeur de l’école de rugby Scuf, et accompagné d’une vingtaine d’éducateurs restera dans les mémoires de tous, une belle réussite.

Les centenaires

En 1995 le S.C.U.F organisa son centenaire 1895-1995 et convia Stratford à cette grande fête, la réception quai d’Austerlitz dans les salons fut très réussie, il permit au S.C.U.F de rassembler tous ses amis, anciens et de lier nos Stratfornians encore plus étroitement à la vie scufiste. En 2005 à Paris et 2006 à Stratford ce furent les célébrations du centenaire de la rencontre et le cinquantenaire de la Rose Cup. L’ambassadeur de Grande-Bretagne Sir John Holmes présida le match et remit la Cup au vainqueur, le Scuf. La soirée sur la péniche fut mémorable, nous accostâmes vers 3h du matin en pleine forme, l’organisation scufiste avait fait merveille. En 2006 à Stratford nous fûmes accueillis royalement avec réception au Town Hall et grand banquet le soir Chez Tony et Janet Bird. Seule fausse note la défaite lourde 54-0 du S.C.U.F, les Anglais photographiés sous le panneau d’affichage faisaient éclater leur joie avec la Rose Cup.

 

La Rose Cup perdure

Depuis, les années se succèdent et notre relation est toujours privilégiée. En 2013 une armada de Scufistes effectue le déplacement, les Vieux Cochons et la première, plus les féminines et le Golf en 2015, de beaux après-midi avec des « Noir et Blanc » toujours attendus. En 2014, Stratford rend la pareille en se déplaçant avec son équipe des Old Legends, une tradition enfin réitérée cette année… La Rose Cup permet à chacun d’observer un club anglais dans la grande tradition, toujours attaché aux valeurs de l’amateurisme comme de nombreux autres dans le Warwicshire, berceau du jeu non loin de là à Rugby, la fidélité aux couleurs historiques, l’amour du club, cette relation privilégiée entre les générations, cette participation aux événements. Il s’appuie sur 150 Vice-Présidents nommés et 15 Life-Members, une belle société…. Et surtout sur ce Club-House construit, agrandi, modernisé et géré par les membres du SFRC, un joyau qui fait rêver tout scufiste. Que la jeune génération scufiste s’en inspire et de belles années seront à vivre. Par ailleurs, la RFU appuie financièrement les clubs, ses excédents le permettent, nous en sommes loin en France….. Que cette Rose Cup se poursuive et se transmette ce sera le plus beau cadeau offert aux générations futures en véhiculant tout le passé, nous Anciens en vous regardant (avec envie) nous restons de vieux gamins , alors GOOD GAME ………..

Le programme

61ème Rose Cup : samedi 14 mai 2022

Vous trouverez ci-dessous le programme le week-end du 14-15 mai pour accueillir Stratford.
 
VENDREDI :
– A partir de 15:00 :  Accueil au Club House (jusqu’à 22h00)
(Stade Max Rousié – 28 rue André Brechet – Paris 17 – Métro : Porte de St Ouen (L13)
 
SAMEDI : Stade Max Rousié
– 12-15H : plateau U14
– 15h : Old Legends vs VC
– 16h30 : 61ème Rose Cup
– Reception (buffet) au Club House jusqu’à 21h – DRESS CODE : Tour de France !
– Soirée libre (Bar Thirsty Mad Cat – 120 Rue Montmartre, 75002 Paris – Métro Bourse ou Sentier L3) )
 
DIMANCHE : Club House Stade Max Rousié
– 11H : réception (buffet) de Stratford avant leur retour en Angleterre
– – – – – – – – – – – – – – – – –

 

14 mai 2022 – 15h – Fem-18 : 1/4 Finale Chpt de France au Mans : Stade Rennais Vs Ent. Bobigny/Pantin/SCUF

15 mai 13h à Amiens – Seniors 2 : 16ème Finale Chpt de France Honneur : Lille – SCUF

Fête du S.C.U.F et Trophée des 30 le dimanche 12 juin

La date de la fête du club a été arrêtée au 12 juin prochain.
 
Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée prévu autour d’une restauration au Club House :
 
– 9:00 -11:00 école de rugby
-12:00 (à valider) : opposition séniores féminines contre F15/F18 ( format de jeu à préciser)
-14:00 : 20ème Trophée des 30 – seniors
Fin à 18:00
 
Nous reviendrons prochainement vers vous avec de plus amples détails

Chronique de jean - STRATFORD, C’EST UNE FÊTE...

 

Avec le mois de Mai, la Rose Cup est de retour et va exercer sa magie sur chacun. Cette rencontre entre les deux clubs est le très bel exemple de l’amitié, de la fraternité entre rugbymen. La première rencontre eut lieu le 26 Novembre 1905 à Paris, et le retour en 1906 à Stratford. Après 1956, la Rose Cup devint le trophée marquant à tout jamais ce match. La permanence de ce trophée est due à la rencontre de groupes d’hommes des deux cotés de la Manche qui ont su transmettre un message de fraternité et d’estime à toutes les générations et se sont dévoués pour le bonheur de tous.
Aujourd’hui la relation reprend après deux années d’interruption suite au COVID. Et nous nous devons être tous là pour les accueillir avec chaleur, il ne faut jamais oublier que le match est toujours difficile, pour certaines générations dont la mienne, c’était le match le plus important de la saison, mais c’est sur le terrain que se forgent l’estime et l’amitié.

Les mentalités évoluent mais l’important est de préserver l’esprit et de maintenir cette « Rose Cup », nous devons la célèbrer avec panache, jeunes et anciens et poursuivre l’oeuvre au 21ième siècle et comme le dit une chanson populaire anglaise « Memories are made of this », le « this » is the game on Peacecroft and on Rousié…
WELCOME Stratford et soyons tous là pour les accueillir et honorer tous nos chers disparus des deux cotés qui seront présents chez chacun et au service de tous.
« EN LE SERVANT JE NE SUIS QUE MOI MÊME « (Othello )

Tous à Rousié ce week-end !
Scufistement

Jean hospital

Le calendrier de la saison

Toutes les catégories, tous les matchs !

La boutique du club

Commande et paiement en ligne – Stock garanti – Retrait gratuit en boutique (40 Rue Saint-Jacques, 75005 Paris) ou Livraison à domicile pour 5€ (gratuite à partir de 150€ d’achat) – Boutique en ligne ouverte du 1er au 5 de chaque mois jusqu’en juin.

Votre soutien est toujours primordial pour mener nos actions (66% de réduction d’impôt sur le revenu & 60% sur l’IS)! MERCI d’avance!